Ultimate magazine theme for WordPress.

Abdourahim Kébé : « L’affaire Adji Sarr relève du kompromat à la soviétique »

Colonel Abdourahim Kébé, candidat à la mairie de Saint-Louis
0
KOMPROMAT!…Par le  colonel Abdourahim Kébé
L’affaire dite A. Sarr relève du kompromat à la soviétique. L’ex-Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) utilisait la technique du kompromat qui consistait à inventer de faux dossiers visant à salir, discréditer, et faire tomber définitivement des ‘ennemis’ encombrants pour le régime. C’est cette méthode qu’utilise l’État du Sénégal pour espérer nuire à Ousmane Sonko, Chef de l’opposition dont l’aura qui s’intensifie chaque jour davantage perturbe le sommeil de l’actuel locataire de l’avenue Roume. Mais que l’on ne s’y trompe pas ; la confrontation programmée a pour seul et unique but de faire sortir des insanités nauséabondes de nature à éroder le soutien populaire au leader de Pastef. Mais ce sera peine perdue car le complot et les manigances qui sous-tendent cette histoire n’ont pas prospéré grâce au discernement d’un peuple qui abhorre et rejette de telles infamies.
Le rôle d’un État est de la plus haute importance dans la formation collective et le perfectionnement de la mentalité des citoyens. Or, l’État du Sénégal excelle dans la pédagogie négative en promouvant des contre-valeurs comme le manque de stabilité de la parole donnée (mensonges et wax-waxeet), la corruption et le vol des deniers publics, les diffamations et insultes graves et systématiques sur des citoyens à la voix discordante, le maa tay, la promotion de la médiocrité, les arrestations arbitraires d’opposants politiques facilement jetés en prison à la manière des goulags soviétiques, chinois ou des Khmers Rouges. Dans ce modèle de système concentrationnaire, les détenus étaient torturés et beaucoup y perdaient la vie, à l’instar des prisons du Sénégal dans lesquels des détenus entrent sans assurance d’en sortir vivants, comme le confirment les cas de Abdou Faye (2021), François Mancabou (2022). Mais le plus effarant dans la pédagogie négative servie par l’État sénégalais est la prévalence de l’intrigue et du complot grotesque dont le nouvel épisode est la confrontation Sonko – A. Sarr destinée à humilier celui qu’on veut abattre à tout prix.
Il faut que le régime, premier pourvoyeur de violence, arrête son attitude va-t’en guerre au nom de la paix sociale et de la stabilité de notre pays. Qu’il retienne les leçons de la chute de dictateurs qui comptaient sur la puissance de leurs forces répressives pour mettre au pas leurs citoyens mais qui ont brutalement réalisé que rien, aucune puissance armée ne pouvait freiner une déferlante populaire.
Les sénégalais fatigués et paupérisés réclament plus d’attention à leurs conditions d’existence et non à des futilités carnavalesques…
laissez un commentaire