Ultimate magazine theme for WordPress.

Accord de paix en Casamance : Les femmes déplorent leur mise à l’écart

0

Le jeudi 4 août à Bissau, l’Etat du Sénégal a signé un accord de paix avec des rebelles du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC), qui ont accepté de déposer les armes pour travailler à un retour définitif de la paix dans cette région minée par le conflit depuis 1981. Alors que plusieurs autres composantes du mouvement indépendantiste ont, par des sorties dans la presse, fustigé cet accord, la Coordonnatrice du Comité régional de solidarité des femmes pour la paix en Casamance a déploré la mise à l’écart des femmes dans ce nouveau processus.

« Au niveau de toute la Casamance aujourd’hui, ce n’est plus à démontrer que les femmes, les populations de manière globale aspirent à une paix réelle et durable. Et s’il y a des accords qui sont signés entre l’Etat et une partie du Mouvement des forces démocratiques de Casamance et qui, nous l’espérons, constituent un jalon important pour la paix, nous sommes très heureuses de cette situation. Mais, cependant, nous déplorons, évidemment, le fait que les femmes n’ont pas été impliquées à aucun moment dans ce processus par aucune des deux parties ni par le Mfdc ni par l’Etat du Sénégal et la société civile, de manière globale. En tout cas si nous en jugeons par les présences que nous avons vues au niveau de la salle de la rencontre, la société civile n’a pas été assez impliquée et particulièrement la société civile féminine », a confié Seynabou Malle Cissé au correspondant du journal Le Témoin à Ziguinchor.

La dame d’indiquer : « nous estimons qu’un processus de paix sans les femmes n’est pas équitable puisque dans certains cas, elles ont été au départ de la chose et dans d’autres cas elles ont été fortement mobilisées pour la paix. Donc il est important qu’elles soient là à la table, elles constituent quand même bon sang, plus de la moitié de la population. Si plus de la moitié de la population dans une recherche de paix n’est pas impliquée, ça pose problème. Et donc, non seulement en tant que structure, la société civile, à notre avis, a fait des efforts pour calmer, pour disons stabiliser l’environnement du conflit notamment par ces actions caritatives, par ses actions d’ouverture de discussions donc d’installation d’espaces de dialogue au sein des populations entre elles-mêmes, entre elles et les combattants ou entre elles et l’Etat. Donc la société civile a contribué à la stabilisation, donc pour moi, elle avait sa place à la table de négociations ».

laissez un commentaire