ADD : « la LFR 2…Une loi de régulation et de responsabilité »

Hier, vendredi, l’Assemblée nationale votait la seconde Loi de finances rectificative (LFR 2) de l’année. Une occasion saisie par le ministre des finances et du Budget d’expliquer cette LFR 2 comme « Une loi de régulation et de responsabilité ».

« En comparaison avec la première LFR votée en juillet, la LFR 2 connaît une hausse de 104,1 milliards de francs CFA en valeur absolue, et de 2,6% en valeur relative, représentant la subvention additionnelle accordée au secteur de l’énergie et le produit de la redevance provenant de la gestion des autoroutes », précise le ministre des Finances et du Budget, dans des propos rapportés par l’exposé des motifs. Au total, selon Abdoulaye Daouda Diallo, la LFR2 ‘’porte, de manière spécifique, sur une augmentation des dépenses courantes à hauteur de 13,9%, de la masse salariale, qui évoluera très légèrement de 0,1%, et des dépenses en capital sur ressources internes en baisse de 3,4%’’.

Il ajoute qu’il s’agit aussi de ‘’transférer 125 milliards de francs CFA de ressources budgétaires nouvelles à la SENELEC (Société nationale d’électricité) pour faire face aux impayés de 2017 et 2018 résultants de la combinaison du blocage des prix de l’électricité et de l’augmentation des prix mondiaux du pétrole’’. L’un des principaux motifs de ce transfert tient à la volonté du gouvernement de prendre en charge la question cruciale de l’énergie, un ‘’vecteur indéniable de développement’’, a dit M. Diallo. Selon lui, ces réaménagements budgétaires devront permettre d’injecter 75 milliards de francs CFA dans le BTP (bâtiment et travaux publics) et d’autres opérations diverses.