Ultimate magazine theme for WordPress.

«Alliance» avec les faucons de Benno…Karim Wade signe sa fin ! 

0

Karim Meissa Wade s’est trouvé de nouveaux alliés. Le leader du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) fricote avec les gens du pouvoir. Si pour certains, cette alliance de circonstance va faire renaître la famille libérale, d’autres y voient une manière de satisfaire leurs petits caprices de leaders frustrés. Quoiqu’il en soit, Wade-fils sera le principal perdant dans cette nouvelle alliance. De son petit exil doré, il ne verra pas sa chute venir. Une chute qui est proche. Et l’ancien ministre du ciel et de la terre risque d’emporter avec lui toute la machine politique de Benno Bokk Yakaar.

Les sénégalais vont encore patienter avant de pouvoir exprimer leur devoir civique. C’est le président Macky Sall qui en avait fait l’annonce. Mais c’est l’Assemblée nationale qui s’est chargé de cette mission. La loi repoussant le scrutin initialement prévu le 25 février au 15 décembre 2024 a été adoptée dans la nuit de lundi 5 à mardi 6 février, à la quasi-unanimité, par 105 voix pour et une voix contre, après que les députés de l’opposition, qui faisaient obstruction au vote, ont été évacués manu militari par la gendarmerie. Ainsi, l’actuel chef de l’Etat va diriger ce pays au moins pour dix (10) mois supplémentaires. Un prolongement qui fait grand débat au Sénégal et à l’étranger.

karim

Karim Wade a joué un rôle prépondérant à ce report. Wade-fils a accusé des juges du Conseil constitutionnel d’être corrompu. Et selon lui, l’auteur de ce crime imaginaire n’est personne d’autre que Amadou Ba. De graves accusations qui ont poussé les députés libéraux à demander l’ouverture d’une enquête parlementaire. C’est sur ces accusations que le président Macky Sall s’est appuyé pour abroger le décret qui convoquait le corps électoral pour l’élection présidentielle initialement prévue le 25 février 2024. Un report actuellement basé sur des suppositions car rien ne dit que ces accusations sont avérées.

Aidé par la machine politique de Benno, encouragé par les faucons du Palais, Karim Wade a pris sa revanche sur le Conseil constitutionnel. En s’associant avec le régime, les députés du groupe parlementaire Liberté, Démocratie et Changement espèrent que leur candidat aura une seconde chance. Mais ils se trompent. La candidature de leur leader a été rejetée pour une fausse déclaration sur l’honneur relative à sa nationalité. En effet, lors du dépôt de sa candidature, Karim a déclaré être exclusivement de nationalité sénégalaise. Cependant, il a été révélé par la suite qu’il possédait également la nationalité française, ce qui est contraire à la Constitution sénégalaise qui exige des candidats à la présidentielle d’être exclusivement de nationalité sénégalaise.

Mais Karim Wade ne risque pas de battre campagne pour le 15 décembre. A moins que l’Etat passe l’éponge sur ses dettes, l’ancien ministre du ciel et de la terre doit payer 138 milliards à l’Etat du Sénégal. Et jusqu’à présent, il n’a pas encore réglé cette grosse dette. Les experts ont beau parler, mais rien ne dit qu’on lui pardonnera cette dette. D’ailleurs c’est l’une des principales raisons de l’absence du leader du PDS. Le petit prince préfère se la couler douce dans son petit royaume. Ce qui représente un véritable désavantage au moment où ses camarades se battent contre les forfaitures du régime de Macky Sall.

karim

En pactisant avec Benno, les libéraux viennent de tuer le peu qui restait du PDS. Ce parti agonise depuis que Karim Wade a pris les commandes. Tout ce qui l’a maintenu vivant, c’est le nom de Abdoulaye Wade. Cet acte posé par les députés libéraux est une trahison pour des sénégalais qui ont longuement attendu une élection pour s’exprimer. Une trahison qu’ils ne pardonneront jamais aux parlementaires qui ont rallongé le mandat de Macky. S’il y avait une élection dans les jours à venir, BBY et le PDS n’auraient aucune chance de passer pour un second tour.

Karim Wade est devenu la personne la plus détestée au Sénégal. Voilà un leader politique qui préfère son petit exil doré que la stabilité du pays. Depuis Doha il se permet de semer la zizanie dans un Etat qui a tenu tête aux leaders les plus radicaux. Ce processus électoral que Karim Wade a interrompu, va lui coûter cher. Que le PDS prie pour ne pas avoir un candidat pour le 15 décembre. Sinon ce mythique parti agonisant aura les plus mauvais scores. Les sénégalais n’oublient jamais une trahison. Et ce n’est pas Idrissa Seck qui dira le contraire ! 

Karim est fini mais il ne le sait pas encore. Vivre au nom du père Wade est révolu. Le petit libéral a trop fait souffrir les sénégalais et ses partisans. Pour une fois, il devrait avoir l’audace et le courage de laisser la politique aux vrais libéraux qui militent dans ce parti depuis des années. C’est la seule manière de sauver le nom de Me Abdoulaye Wade qui reste un modèle dans ce pays.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra