Ultimate magazine theme for WordPress.

Anniversaire de Macky…Diaraf Sow retrace le parcours élogieux du président

Diaraf Sow (à gauche) leader du Parti ADAE/J et le président Macky Sall (à droite)
0

JOYEUX ANNIVERSAIRE À UN SOLDAT DE LA RÉPUBLIQUE AU PARCOURS ÉLOGIEUX

Né le 11 décembre 1961 à Fatick et Président de la République du Sénégal depuis 2012, Macky Sall est un vrai patriote et un républicain d’une dimension exceptionnelle.

Il a le pouvoir et la volonté de transformer le Sénégal mais aussi le savoir et l’expérience.

Membre du Parti Démocratique Sénégalais, avant de créer sa propre formation politique, l’APR, Macky SALL a occupé avec réussite et brio toutes les fonctions qui lui ont été confiées par la République; de celle de Directeur Général à celles de Ministre, de Premier Ministre, de President de l’Assemblée Nationale jusqu’à celle de Président de la République du Sénégal.

C’est avec le Premier Ministre Macky Sall que les grands projets du Président Abdoulaye Wade ont vu le jour notamment ceux que d’autres qualifiaient « d’éléphants blancs ».

Ainsi le Président Wade dira à haute voix que son meilleur Premier Ministre et son  meilleur compagnon était Macky Sall.

Grâce à Macky Sall qui a concrétisé les projets les plus fous du Président Abdoulaye Wade, la confiance entre les sénégalais et leur Président  de la République était réelle et au beau fixe et aucun citoyen ne permettait à ce que leur Président soit critiqué comme ils disaient à l’époque « Bayyiléne Goorgui Mou Ligguey ».

Ainsi, les Très Grands Projets du Président Abdoulaye Wade poussaient comme des champignons.

La  réussite de tous ces beaux projets ambitieux comme le plan Jaxaay, les cinq merveilles, la rénovation, l ‘élargissement et la multiplication du réseau routier et autres infrastructures sociales et économiques rendaient fiers tous les sénégalais, grâce au talentueux Premier Ministre Macky Sall.

Le Président Wade dont l’opposition puissante parce que réunie dans la grande coalition « Jam ji » prévoyait sa chute au Premier tour, gagnait haut la main les élections législatives de 2006 reportées en 2007 après le boycott de certains partis de l’opposition et l’éclatement de cette grande coalition qui faisait craindre le pire au pouvoir du Président Wade.

Le Directeur de campagne et Premier Ministre du Président Abdoulaye Wade avait surpris l’opposition par un coup K.O  de son mentor lors de la présidentielle de 2007; victoire attribuée au vote des Djinns, selon l’opposition d’alors incarnée par le très populaire Idrissa Seck qui allaient gagner les élections mais qui avait fini deuxième avec seulement 14% à cause de ses allers- retours au palais à quelques jours des élections.

Parallèlement en 2002, Karim Wade qui venait d’avoir sa première Carte d’Identité Nationale sénégalaise venait d’être nommé à la tête de l’OCI secondé par Abdoulaye Baldé, le tout Puissant Ministre d’État.

« En route vers le sommet »: c’est ce qu’on pouvait lire sur tous les panneaux publicitaires: vers le sommet de l’Oci où vers le sommet du pouvoir ?

La Génération du Concret était née pour porter Karim Wade au pouvoir avec l’aide du Président Abdoulaye Wade: la liquidation progressive des militants authentiques du PDS comme Idrissa Seck, Macky Sall et tous ceux qui essayaient de barrer la route à Karim Wade avait commencé.

Tout ceux qui s’opposaient à ce projet de dévolution monarchique du pouvoir étaient sacrifiés politiquement.

Idrissa Seck, la première victime qui était envoyé à la prison  de Rebeuss pour affaire des chantiers de Thies et détournement des fonds politiques venait d’être libéré et bénéficiait d’un non-lieu total.

Certains attribue cette libération à un protocole dit de Rebeuss.

Effectivement, Idrissa reviendra au PDS après avoir enterré son parti par Assemblée Générale du Secrétariat national de Rewmi à Rufisque et un grand parti présidentiel dénommé PDSL était en création.

Les cartes de membres se vendaient et tous les partis rivalisaient déjà et les guerres de positionnement faisaient rage.

Le Président Wade lui avait aussi promis un poste de vice-président de la République et le selon le journal « Lettre du continent », le décret avait déjà été signé juste après le vote de la loi organique portant création du poste de vice-président de la République.

Ledit décret ne sera jamais publié  parce les faucons de la génération du concret au palais n’avaient pas confiance à Idrissa Seck comme vice-président et s’étaient opposés à sa nomination.

Idy ne fut jamais nommé à ce poste qui avait servi d’appât aux responsables du PDS. Frustré et trahi, une autre réunion du Secrétariat National de Rewmi se tenait pour déterrer le défunt Rewmi: Idy quittait encore le PDS ou le PDSL qui était mort-né,  Rewmi continuait seul son chemin avec une position radicale cette fois-ci.

Idrissa Seck enchaînant les manifestations interdites à la place de l’indépendance finit à la présidentielle de 2012 par un score catastrophique de 7% mais rejoignait la coalition BBY au second tour et participait avec son parti au premier Gouvernement du Président Macky Sall avant de ressortir encore sans les deux Ministres Pape Diouf de Bambey et Oumar Gueye de Sangalkam qui ont préféré rejoindre le parti du Président Macky Sall et travailler à ses côtés.

Au même moment, le Premier Ministre Macky Sall était défenestré à la Primature et nommé Président de l’Assemblée Nationale. La liquidation politique des adversaires politiques de Karim Wade continuait.

Macky n’était plus dans le pouvoir exécutif et les problèmes commençaient pour le Président Wade et son pouvoir qui ne pouvaient plus maîtriser l’inflation.

Les prix des denrées, du transport, du ciment, de l’essence grimpaient de plus en plus et le peuple qui en avait ras le bol occupait la rue et en avait marre du Président Abdoulaye Wade et son Gouvernement.

En 2009, Wade va presque perdre les élections municipales et communales: Benno Siggil Sénégal et Dekkal Ngor, le nouveau Mouvement de Macky Sall se partageront beaucoup de collectivités locales.

Karim Wade qui avait débloqué des moyens colossaux et armé des leaders inconnus à coup de millions venait de perdre les élections locales de 2009 dont la capitale Dakar. Il sera battu dans son propre bureau de vote.

Macky Sall, par contre, avec Dekkal Ngor, gagnera plusieurs localités: le lien de mariage entre Macky Sall et le peuple venait d’être scellé.

Le Président Abdoulaye Wade ne se découragera pas. Il reviendra à la charge après les élections de 2009 pour nommer Karim Wade Ministre d’État, Ministre de la Coopération Internationale, de l’Énergie, des Infrastructures… bref du ciel et de la terre avec un budget colossal, inimaginable.

Les échecs et les scandales vont se succéder avec la démission de Macky Sall du PDS et de l ‘ensemble de ses postes nominatifs et électifs pour créer L’APR: l’Alliance pour la République.

Au niveau de la gestion de l’État, rien ne marchait. Les prix grimpaient, l ‘ inflation était devenue la règle. L ‘argent issu de ses hausses exagérées étaient stocké au Palais et distribué n’importe comment pour une minorité qui avait la chance de faire partie du Gouvernement ou d’être reçu au Palais. Tous les projets étaient bloqués et le sac de riz coûtait jusqu’à 29.000 F, sans compter les successions d’échecs sur le plan diplomatique avec des scandales comme la fameuse affaire de la valise d’Alex Segura.

En 2011, c’était l’émeute de l’électricité. Le pays était en plein désordre, les populations ne pouvant plus maîtriser leurs souffrances se révoltaient, des bâtiments publics étaient saccagés, pillés, brûlés, incendiés, les sénégalais étaient devenus les vrais maîtres de la rue.

Une loi dite du quart bloquant qui pouvait permettre au candidat du PDS de passer au Premier tour avec seulement 25 % des suffrages était soumise au vote des députés et tout le monde pensaient à la dévolution monarchique du pouvoir: c’est l’événement triste du 23 juin avec la naissance de plusieurs mouvements de contestation comme « Yen À Marre » et « M23 ».

Ces manifestations préélectorales ont abouti à des morts d’hommes.

La loi fût rapidement retirée sous la dissuasion et la détermination des manifestants.

Cependant, la candidature de Wade fut acceptée par le Conseil Constitutionnel.

En Républicain et légaliste, Macky Sall qui avait préféré aller battre campagne après la publication des listes de candidats par le Conseil constitutionnel fût traité de « traître du M23 » d’un côté et minimisé de l’autre côté par son ex mentor qui ironisait avoir rencontré Macky Sall « dans une petite fourgonnette » entouré de quelques militants.

À l’issue du premier tour Wade avait gagné mais n’avait pas le suffrage requis pour remporter les élections.

Un deuxième tour sera organisé où Macky Sall gagnera haut la main l’élection présidentielle: c’était la deuxième alternance politique: l’élève venait de battre son « maître ».

Ainsi en Mars 2012, un homme nouveau qui avait déjà marqué la confiance des sénégalais venait d’être élu à la Présidence de la République.

Le PDS quand à lui, continuait de se déplumer.

Les derniers ténors qui commençaient à contester ouvertement le projet dynastique du Président Wade après la chute du Président Wade sont combattus: Modou Diagne Fada, Aïda Mbodj, Aminata Tall, Serigne Mbacké Ndiaye, Maitre Ousmane Ngom entre autres vont tous quitter le navire pour rejoindre le bâtisseur Macky Sall.

 

Il seront rejoints par les derniers Mohicans Babacar Gaye, Omar Sarr, Maitre Amadou Sall dont leurs départs signaient la fin politique du parti de Maître Abdoulaye Wade.

Il en sera de même pour Rewmi de Idrissa Seck qui viendra rejoindre une seconde fois le Président Macky Sall et des postes de Ministres leur sont encore octroyés en même temps que le CESE pour Idy lui-même.

Quant au Président Macky Sall, depuis son élection à la tête du Sénégal en 2012, les sénégalais n’ont  cessé de lui renouveler leur confiance, compétition électorale après compétition électorale.

Sa popularité grandissante inquiétait l’opposition qui n’existait que de nom car « réduite jusqu’à sa plus simple expression ».

Le Président Macky Sall a multiplié par dix les réalisations du Président Wade et éradiqué à un dixième la malgouvernance, la mauvaise gestion, les gabegies et le clientélisme et le népotisme.

L’argent public est retourné au contribuable.

Les nombreux projets et réalisations dont la multiplication des routes, autoroutes, ponts, infrastructures terrestres, économiques et sociales, moyens de transport, moyens logistiques terrestres, maritimes et aériens mais aussi beaucoup de social poussent et se multiplient comme dans un conte de fée.

Les villages les plus reculés ont maintenant accès à l’eau et l’électricité mais aussi à de belles routes, pistes rurales et infrastructures éducatives et sanitaires.

Il n’y a presque plus de coupure d’électricité ni de retard de paiement des fonctionnaires. Les étudiants ne se plaignent plus, les pavillons et les lits multipliés, leurs bourses augmentées, les enseignants aussi et tant d’autres encore.

La gestion sobre et vertueuse est devenue la règle.

Il n’existe plus d’intervention de l’État ou de son chef pour protéger un délinquant ou un voleur.

La sécurité publique est renforcée ainsi que la protection civile par l’équipement en matériels de qualité des sapeurs-pompiers, de la police et de la gendarmerie.

La police, la gendarmerie et l’armée sont les meilleurs d’Afrique. Des patrouilleurs, bateaux, avions de guerre, chars et véhicules de combat sont alloués aux forces de défense et de sécurité.

Des tracteurs et du matériel agricole de dernière génération ainsi que des semences de qualités sont octroyés à nos cultivateurs qui sont accompagnés et soutenus par le Gouvernement par l’ouverture de lignes de crédit.

L‘autosuffisance en riz est presque devenue une réalité.

Le Sénégal est félicité de partout.

Il devient même une référence des grands pays occidentaux en matière sanitaire.

Sur le plan sportif, notre équipe nationale est la première en Afrique.

Les médailles, les prix, les reconnaissances et les distinctions pleuvent sur notre bien aimé Président de la République.

Tout cela pour dire que Macky Sall est une chance pour le Sénégal.

Nous lui souhaitons joyeux anniversaire.

Longue vie au Président Macky Sall, à son épouse la première Dame Marieme Faye Sall et à toute sa famille, avec une santé de fer et qu’il soit heureux et fier car nous sommes fiers de lui.

Me Diaraf SOW Sg ADAE/J

laissez un commentaire