Ultimate magazine theme for WordPress.

APR…Les démissions vont fragiliser Macky Sall

La grande militante de l'APR, Rama Macky claque la porte du parti
0

APR : Les signes annonciateurs d’une saignée dans ses rangs

L’Alliance pour la République (APR) est plongée dans un véritable malaise. Normal pour un parti qui existe depuis 2019, qui par un concours de circonstances se retrouve subitement au pouvoir trois ans après, c’est-à-dire en 2012, et qui refuse de se structurer. A l’APR, derrière le Président de la République Macky Sall, c’est la sécheresse. Personne ne sait qui est qui, qui fait quoi. L’APR et une véritable armée mexicaine, où n’importe qui se croit investi du pouvoir de s’en prendre ouvertement à de hautes autorités, sans qu’il ne soit rappelé à l’ordre.

Du temps du règne du Parti socialiste (PS), jamais pareille pagaille n’aurait existé. Feu le Président Léopold Sédar Senghor a su diriger de main de maître ce parti profondément structuré, après la crise institutionnelle de 1962, au point de nommer en 1970, Abdou Diouf au poste de Premier ministre et de faire de lui son dauphin constitutionnel.

Les choses ayant évolué avec l’ouverture démocratique multi partisane, le Président de la République au point de créer des frustrations au sein du PS, ayant conduit aux démissions de ses rangs successivement, feu Djibo Leyti Kâ ensuite Moustapha Niasse. Malgré les conséquences conduisant le PS à perdre le pouvoir, ce parti reste tout de même fortement structuré.

Ce qui n’est guère le cas de l’APR au pouvoir, parce que le peuple sénégalais a décidé de voter pour un homme, sanctionnant ainsi un régime incarné par le Président Abdoulaye Wade plongé cependant dans la mal gouvernance. Les Sénégalais ont décidé ainsi de voter pour Macky Sall pour mettre fin au règne d’un pouvoir crispé par la mal gouvernance, mais qui voulait imposer une dévolution monarchique du pouvoir, mais pas pour l’APR qui est loin d’être un parti attrayant.

La preuve est donnée par toutes ces péripéties ayant conduit à l’exclusion des rangs de ce parti Moustapha Cissé Lô, compagnon de la première heure du Chef de l’Etat. Qui n’a pas vu dans quelle circonstance, un autre compagnon de l’légende du Chef de l’Etat, Alioune Badara Cissé a été mis au frigo, et même Mbaye Ndiaye, malgré son rang de ministre d’Etat, mais sans portefeuille. Voilà pourquoi, les départs se multiplient au sein de l’APR.

Après l’exclusion de Moustapha Cissé Lô de ses rangs, le Parti présidentiel enregistre un départ d’envergure causé par la démission de son propre chef de Ramatoulaye Bâ surnommée « Rama Macky ». Un coup dur pour ce parti et qui peut être le signe annonciateur d’une saignée dans ses rangs.

La rédaction de Xibaaru

laissez un commentaire