Attention…Une maladie qui atteint les femmes qui prennent la pilule

Près de 150 millions de femmes utilisent des contraceptifs oraux dans le monde, selon l’Organisation des Nations Unies (ONU). En France, c’est même le moyen de contraception le plus utilisé. Et malgré cette utilisation généralisée, les recherches sur l’impact de la pilule sur le cerveau sont rares. Une nouvelle étude, présentée lors que la réunion annuelle de la Radiological Society of North America (RSNA) ce 4 décembre, montre qu’elle pourrait légèrement modifier la structure du cerveau. Selon les chercheurs, les femmes sous contraceptif oral avaient en effet un hypothalamus plus petit que celles qui n’en prenaient pas.

Plus petit de 6 %

L’hypothalamus est une structure de la taille d’un pois située au cœur du cerveau. Elle aide à réguler les fonctions corporelles dites “involontaires”, mais essentielles : la température de l’organisme, l’appétit, les émotions, le désir sexuel, les cycles du sommeil ou encore la fréquence cardiaque. Elle sert également à faire le lien entre le système nerveux et le système endocrinien, qui rassemble les organes produisant les hormones.

Pour évaluer le volume de cette petite région, les chercheurs ont analysé les résultats IRM de 50 femmes en bonne santé. Parmi elles, 21 prenaient une pilule combinée, c’est-à-dire qui fournit à la fois une dose d’oestrogène et une dose de progestatif. Ces participantes ont également réalisé des tests pour évaluer leur humeur, leur personnalité et leurs fonctions cognitives.

Les résultats montrent finalement que les volontaires sous contraceptif oral avaient en moyenne un hypothalamus nettement inférieur de 6 % par rapport aux autres. Et pour une région du cerveau, “c’est une différence assez considérable”, commente le Dr Michael Lipton, professeur de radiologie au collège de médecine Albert Einstein (New-York, États-Unis) et directeur de l’étude, repris par le site Discover.

Des interactions entre hormones

Pour comprendre pourquoi, les scientifiques expliquent : des études antérieures ont déjà montré que les hormones sexuelles favorisent la croissance des neurones. L’une des hypothèses serait que les hormones synthétiques présentes dans les contraceptifs oraux interfèrent avec ces effets. Elles indiqueraient à la zone qu’il n’est pas nécessaire de produire ces molécules, et seraient ainsi responsables d’une croissance moindre des cellules cérébrales.

Les conséquences d’un rétrécissement de l’hypothalamus restent toutefois inconnues. L’étude montre d’ailleurs que les femmes qui prennent la pilule n’ont pas des capacités mentales — mémoire, langage, raisonnement — affectées. Cependant, les chercheurs ont constaté que son utilisation était associée à une colère accrue et des symptômes dépressifs plus importants. Une observation jamais faite auparavant.

Ce ne sont pour l’instant que des conclusions préliminaires, tient à préciser l’équipe de recherche. L’étude est petite et ne prouve en aucun cas un lien de cause et l’effet. “Nous ne disons pas que les gens devraient sortir en courant et jeter leurs pilules contraceptives, assure le Dr Michael Lipton. Les résultats pourraient tout simplement indiquer une piste qui mérite davantage de recherches.”