Ultimate magazine theme for WordPress.

Benno Bokk Yaakaar perd la bataille de la com’…L’APR au cœur du débat

0

Le Président de la République ne peut pas ignorer les remous dans les partis les plus significatifs de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY).

Le parti socialiste, la LD, le PIT et l’AFP, entre autres, sont divisés sur la probabilité de la candidature à un troisième mandat dont la déclaration reste personnelle.

Le parti socialiste, au sortir de son séminaire des 11 et 12 février 2023, n’a pas trouvé de consensus autour de cette question qui plombe depuis 2020 tous les leviers.

Malgré la lourdeur des contextes et des enjeux, une majorité, au regard de la gestion déséquilibrée de la coalition BBY, s’est prononcée en faveur d’une candidature socialiste à la présidentiellede2024.

Toutes les formations redoutent les coups tordus, l’inélégance et le manque de générosité des militants de l’APR qui ont été à l’origine de la débâcle de BBY dans les diasporas et les localités de Dakar, Thiès, Diourbel et Kaolack.

La rupture du contrat moral ou du gentleman agreement est de la responsabilité exclusive des DSE en Europe, en Amérique, en Asie, au Moyen Orient et en Afrique.

Nul ne sera donc surpris de la désaffection continue des rangs de l’APR dans les collectivités territoriales d’origine, car le slogan « du second quinquennat « , loin d’être accrocheur, est perçu comme un dédit et un défi lancé au citoyen électeur, au peuple et à la nation.

Comment, après ce constat, donner une nouvelle impulsion à la mouvance présidentielle dans les huit zones diasporiques ?

Il faut avoir le courage de changer de cap, le capitaines et d’équipages qui ont été laminés littéralement par l’opposition lors des dernières législatives.

En effet, au-delà du déficit politique, les aperistes ont écarté les alliés des centres de décisions.

Pour remettre à l’heure les pendules, la mouvance présidentielle n’a d’autres choix que de miser sur les experts en sociologie des migrations internationales et des très complexes questions liées aux droits sociaux acquis dans les pays d’accueil.

Il faut également une politique migratoire bien ficelée par le gouvernement et des conventions multilatérales qui protègent et sécurisent les sénégalais de l’extérieur et leurs biens. Car de 1985 à nos jours, les autorités sénégalaises ont manqué de vision et de volonté à même de réorienter et d’impliquer les sénégalais de l’extérieur dans les secteurs économiquement et socialement productifs.

Autant est important le départ, autant sont cruciaux et vitaux le retour et la réinsertion dans le tissu économique et social.

Certes des outils existent mais leur juxtaposition clientéliste pose problème.

Les sénégalais de l’extérieur sont perdus entre les services, les agences et les directions qu’il faut rationaliser et optimiser en les meublant selon les compétences.

Depuis la nuit des temps, les ministres, les ministres délégués et les secrétaires d’état successifs ont toujours été inaccessibles, injoignables et comme frappés de cécité, ils refusent systématiquement toute consultation des élites reconnues et respectées dans les communautés établies hors du Sénégal.

Dans notre monde où l’information circule plus vite que l’inspiration et l’expiration, les sénégalais de l’extérieur sont au courant de ce qui se passe au pays.

Il est fort à craindre que BBY ne puisse remporter la bataille de la communication politique qui a déjà noyé les tenants du fameux quinquennat moralement insoutenable, politiquement et juridiquement discutable.

 Birahim Camara 

Parti Socialiste 

Iras 

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra