Ultimate magazine theme for WordPress.

Biguine Guèye : « Ousmane Sonko a encore raconté des boniments »

Le journaliste Mamadou Biguine Gueye (à droite) et Ousmane Sonko (à gauche)
1
Ousmane Sonko, une sortie, mille déceptions encore !…Par Mamadou Biguine Gueye
Lors de sa déclaration de ce vendredi, Ousmane Sonko a encore raconté des boniments. Comme à son habitude. Cet homme, il faut s’en méfier, le peuple doit le démasquer pour de bon. C’est un danger public. Son unique objectif est de tout mettre en œuvre grâce à ses étonnantes prouesses en manipulation, pour faire embraser le Sénégal. Jamais notre pays n’avait connu un leader politique aussi mal poli et aussi malhonnête. 
Le voilà qui dans sa déclaration d’hier, défie encore tous les leaders d’opinion du pays. Pis, il foule au pied les recommandations de nos Khalifes religieux. Au premier rang desquels le vénéré Serigne Mountakha Mbacke qui lui a tout récemment demandé d’appeler au calme et de le laisser poursuivre sa médiation. On se pose d’ailleurs d’infinies questions sur cette sortie de plus de ce Sonko à l’esprit et au comportement rebelles. En effet, des manifestants arrêtés pour les graves motifs que le leader du Pastef connait bien, sont entrain d’être libérés. Comme le leur avait promis Serigne Mountakha. Et non parce qu’ils ont tenu un carnaval de  comédiens qu’ils ont appelé manifestation pacifique récemment à la place de l’obélisque.
 Mis en très mauvaise posture par les actes forts du président Macky Sall depuis quelques mois au profit des populations de l’intérieur qui lui manifestent partout leur adhésion massive et leur confiance, Sonko et Co, sevrés du plus petit os politique à ronger, refusent de capituler. Ils veulent user de moyens non conventionnels pour atteindre. Peine perdue ! Au Sénégal l’opposition doit enfin devenir patriotique et responsable. Comment des gens qui souhaitent la paix osent t-ils se permettre d’infiltrer et de suivre le cortège du président pour provoquer les préposés à la sécurité de ses collaborateurs ?
Pour diaboliser ces agents de sécurité qui accompagnent des ministres, DG et autres, Sonko et ses acolytes de l’opposition les appellent « Nervis » en bons menteurs. Affirmant que ce sont des « Nervis » du président Macky Sall. C’est des mensonges ! Au même moment, lui Sonko ainsi que tous les leaders de l’opposition disposent de plusieurs gardes du corps. Des gros bras qui veillent sur leur sécurité. Ce ne sont pas des « Nervis » ça ? Soit! Macky Sall n’a pas de Nervis comme ils veulent nous le faire croire.
Un chef d’État bénéficie d’une sécurité dès lors qu’il a fini d’être élu par son peuple. C’est une institution hautement respectée et dont la sécurité grâce aux forces publiques, ne saurait faire défaut pour qu’il se permette de recruter des « Nervis. » Sonko est méchant, il est à court d’idées, il devient de jour en jour plus dangereux pour la cohésion nationale. Le Sénégal demeure un pays de paix. Si l’ex fonctionnaire des impôts et domaines a envie d’une guerre, qu’il sorte de nos frontières.
Frappé d’une plainte pour viols, l’homme est prêt à tout  pour se dérober de la justice. Il veut jouer à la victime alors qu’il s’est lui-même fourré le doigt dans l’œil. En fréquentant sans cesse « Sweet Beauté » où il se rendait chaque nuit de couvre-feu. Pour se la couler douce avec une pauvre petite fille. C’est aussi simple que ça.
Nostalgique des remous, des tensions, des tueries, bref souhaitant coûte que coûte le chaos au Sénégal, il lance enfin ses dernières cartouches. Le 23 juin prochain, l’accusé de Adji Sarr qui n’a pas encore lavé son honneur, appelle à manifester. Paradoxal Sonko ! Pour quel motif ? Parce qu’il sait que les carottes sont cuites pour lui, une fois son procès ouvert.
 Cet homme ne doit plus manipuler la jeunesse. Tout le monde l’a démasqué. Sous contrôle judiciaire, il doit se tenir correct et moins bavard, jusqu’à la fin de son affaire avec Adja Sarr. C’est aussi cela la posture de l’homme digne et responsable.


Mamadou Biguine GUEYE

Journaliste 
Consultant en Communication
Afficher les commentaires (1)