Brésil : cette femme esclave est libérée de ses « blancs » après 40 ans

Elle a été retenue par ses geôliers comme esclave pendant 40 ans

Réduite en esclavage par une famille blanche, elle est secourue après près de 40 ans

Au Brésil, les inspecteurs du travail ont sauvé une noire réduite en esclavage depuis l’âge de huit ans. Pendant près de 40 ans, elle travaillait pour une famille blanche comme domestique sans recevoir de rémunération ni de congé.

Selon le magazine Fantástico, la victime, identifiée comme Madalena Gordiano, âgée de 46 ans, a été retrouvée dans une petite pièce sans fenêtre de la résidence dans l’État du Minas Gerais, au sud-est du pays.

Les parents pauvres de Madalena Gordiano l’auraient donnée à la famille d’un professeur d’université également identifié comme Dalton Cesar Milagres Rigueira. Elle a été élevée par la mère du professeur bien qu’elle n’ait pas été officiellement adoptée.

« Je nettoyais la maison, je cuisinais, je nettoyais la salle de bain. Je ne jouais pas comme les autres enfants, je n’avais même pas de poupée », a déclaré Gordiano à Fantástico.

« Ils lui donnaient de la nourriture quand elle avait faim, mais tous les autres droits lui ont été retirés », a également déclaré l’inspecteur Humberto Camasmie, à la Fondation Thomson Reuters.

Gordiano a été secourue le 27 novembre suite à une dénonciation de voisins brésiliens qui ont dit qu’elle leur avait envoyé des notes leur demandant d’acheter de la nourriture et des produits d’hygiène pour elle, car elle n’avait pas d’argent.

Pendant sa captivité, Gordiano a également été forcé d’épouser un parent âgé de la famille brésilienne afin qu’ils puissent continuer à recevoir sa pension de 1 557 dollars après sa mort.

« Elle ne savait pas ce qu’était un salaire minimum”, a déclaré M. Humberto Camasmie. « Maintenant, elle apprend à utiliser une carte de crédit. Elle sait que chaque mois, elle recevra un montant substantiel [de la pension]. »

Au Brésil, les responsables du travail affirment que la servitude domestique est un problème grave et que l’alléger a été un défi majeur car les victimes se considèrent rarement comme des esclaves des temps modernes.