Ultimate magazine theme for WordPress.

Brésil-Covid : Attention ! on déterre les morts…

0

Les travailleurs de Sao Paulo, au Brésil, ont commencé à déterrer les corps des morts pour faire de la place pour les victimes de Covid-19 que le nombre de morts du pays du virus se rapproche de 44.000.

La nation sud-américaine a maintenant dépassé le Royaume-Uni pour détenir le deuxième plus grand nombre de décès dans le monde derrière les États-Unis.

Le service funéraire municipal de Sao Paulo a déclaré dans un communiqué vendredi que les restes de personnes décédées il y a au moins trois ans seront exhumés et mis dans des sacs numérotés, puis stockés temporairement dans 12 conteneurs de stockage métalliques qu’il a achetés.

Un ouvrier déterre un corps enterré trois ans plus tôt au cimetière de Vila Formosa à Sao Paulo

Le Brésil a vu près de 44 000 personnes mourir du coronavirus et 5 480 à Sao Paulo

Brésil

Les conteneurs seront livrés à plusieurs cimetières dans les 15 jours, selon le communiqué.

Sao Paulo est l’un des points chauds de COVID-19 dans le pays le plus durement touché d’Amérique latine, avec 5 480 morts en ce jeudi dans cette ville de 12 millions d’habitants.

Certains experts de la santé s’inquiètent d’une nouvelle poussée maintenant qu’une baisse de l’occupation des lits de soins intensifs à environ 70% a incité le maire Bruno Covas à autoriser une réouverture partielle des affaires cette semaine.

Il en a résulté des transports publics bondés, de longues files d’attente dans les centres commerciaux et un mépris généralisé pour la distanciation sociale.

Le pays a subi tant de morts que les travailleurs ont besoin de dégager de l’espace pour enterrer les gens

De nombreux experts de la santé prédisent que le pic de la pandémie du Brésil arrivera en août, après s’être propagé des grandes villes où il est apparu pour la première fois dans l’intérieur du pays.

Le virus a jusqu’à présent tué près de 44 000 Brésiliens, et le Brésil a passé le Royaume-Uni vendredi pour devenir le pays avec le deuxième plus grand nombre de morts au monde.

Le Dr Michael Ryan, chef des urgences de l’Organisation mondiale de la Santé, a déclaré vendredi que la situation au Brésil restait « préoccupante », tout en reconnaissant que les taux d’occupation des lits de soins intensifs sont désormais inférieurs à 80% dans la plupart des régions du pays.

laissez un commentaire