Ultimate magazine theme for WordPress.

Révélations de Cheikh Yérim Seck…du mythe à la Mythomanie

0

Comme disait le Juge Kéba Mbaye, la politique politicienne est le métier le plus facile au monde, il ne nécessite ni apprentissage ni connaissance. Au Sénégal, certains journalistes se sont perdus sur ce chemin. Cheikh Yérim Seck (CYS) fait partie de cette horde d’égarés. Après des années à l’ombre, le confrère refait surface avec un livre dans lequel il tente de remonter sur la scène médiatique. Mais l’ancien journaliste a raté son entrée en scène. Ses révélations lapidaires ont fini par le placer dans une situation inconfortable. Il risque de refaire face à dame justice…

C’est la fin de l’hibernation médiatique de Cheikh Yérim Seck. Depuis que son fils a été impliqué dans une affaire de viol, il s’est emmuré dans un silence de cathédrale. L’homme avait fait une grande annonce en déclarant se retirer de l’espace médiatique. Mais il faut dire qu’il y a des choses qui ne changent pas. A treize mois de la présidentielle de 2024, l’analyste politique refait son apparition avec un livre dans lequel il passe en revue la gouvernance du président Macky Sall depuis 2012. Ce livre qui devait être « bourrée de révélations » ressemble plus à un conte de fée cousu de fil blanc.

Ce livre pompeux n’aura pas les retombées financières attendues. À peine le livre sorti, la version numérique est largement partagée sur les réseaux sociaux. Pas besoin de débourser 15.000F CFA pour se perdre dans les « révélations » du journaliste. Ce qui réduit considérablement les gains de l’auteur mais aussi de la maison d’édition. Mais ce manque à gagner semble ne pas déranger Cheikh Yérim Seck. L’homme est plus préoccupé par son come-back raté que de se faire de l’argent après des mois d’absence.

cheikh
Chzeikh Yérim Seck (à droite) et le président Macky Sall

Pourtant Cheikh Yérim pouvait revenir en force. Le Sénégal est gangrené par des scandales sur lesquels les sénégalais attendent un analyste de sa trempe. Mais ses pulsions l’ont poussé à se perdre dans une opération risquée. En passant en revue la gouvernance de Macky, Cheikh Yérim a déshabillé certains leaders politiques pour habiller Macky et la première dame. Ce qui a fait de lui la cible des « homos pastefensis ». Les membres du Parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Économie et la Fraternité (PASTEF) ont étalé la vie privée du journaliste sur les réseaux sociaux. Ses pseudo-révélations sur le maire de Ziguinchor commencent à avoir des répercussions.

Ousmane Sonko a servi une citation directe au journaliste. Le Capitaine Touré qui s’est senti diffamé promet aussi de saisir la justice. Placé sous contrôle judiciaire en 2020 après son inculpation pour « diffusion de fausses nouvelles et outrage à officier de police judiciaire dans l’exercice de ses fonctions », il risque de se taper d’autres ennuis judiciaires. Il s’y ajoute les affaires mœurs qui s’accrochent toujours à sa ceinture. Mais aussi à celles de son fils. Et Cheikh Yérim pourrait ne pas avoir beaucoup de soutien au sein de la presse. Dans son livre aux allures de règlement de comptes, il a accusé beaucoup de patrons de presse d’être corrompus par des hommes politiques.

cheikhParlant de l’influence du premier ministre Amadou Ba, Cheikh Yérim de dire : «Dans la presse il est, sans contestation possible, l’homme politique qui compte le plus grand nombre de patrons de presse et de journalistes dévoués à sa cause», écrit-il. Des accusations qui jettent le discrédit sur la presse. Mais quand on est dans la quête de célébrité, on sous-estime tout le monde. Ces divagations de Cheikh Yérim Seck ont une seule origine. L’homme a écrit ses 244 pages uniquement pour répondre à l’agression de sa femme et non moins journaliste aussi.

Ce que Cheikh Yérim Seck semble ignorer, c’est que son temps est révolu. Les tâches noires sur son CV ont fait de lui un vestige du passé. Ses révélations qu’il voulait apocalyptique n’ont pas eu les effets escomptés. La puissante machine des réseaux sociaux est en train de déconstruire tous ses « mensonges ». CYS doit rendre grâce à Dieu que Sidy Lamine Niasse ne soit plus de ce monde. Sinon il aurait dit au sénégalais qui est réellement le leader politique trouvé sur la Corniche Ouest dans une position indélicate. Mais les mythos ne changent pas, attendons de voir les détails qu’il compte donner sur la prétendue virée nocturne de Ousmane Sonko.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire