Covid-19 : La COSAS prône l’implication des collectivités territoriales

L’État sénégalais a, jusque-là, centralisé la gestion de la pandémie, en misant davantage sur une
approche verticale, déconcentrée, privilégiant l’administration territoriale, faisant abstraction des
bénéfices d’une approche décentralisée, avec la responsabilisation des élus locaux et des acteurs
communautaires.

Après une accalmie de près de 3 mois, on assiste, depuis la fin novembre, à l’aggravation de la
pandémie de COVID-19 présente dans notre pays depuis bientôt 11 mois, rendant de plus en plus pressant le besoin de réajuster les stratégies de lutte. L’allure catastrophique que revêt la pandémie avec augmentation du nombre de décès et le dépassement imminent des capacités d’hospitalisation rend urgente l’implication des communautés de base dans la prévention.

Il est vrai, que les collectivités territoriales n’ont jamais été complètement absentes du terrain de la
lutte contre la pandémie, où elles ont appuyé le gouvernement dans la sensibilisation sur les gestes
barrières et la dotation en masques, dispositifs de lavage des mains, gels hydro-alcooliques…etc.
Certaines villes de la Région de Dakar ont dégagé également des moyens importants pour
l’accompagnement des structures hospitalières en équipements divers allant jusqu’à l’augmentation des
lits de réanimation, à l’approvisionnement en oxygène.

Partout, dans le pays, des initiatives communautaires comme des visites à domicile, des caravanes
de sensibilisation … ont été initiées, dans lesquelles, les élus locaux ont joué un rôle central.
Néanmoins, le contrôle de la pandémie demande une implication accrue des collectivités locales dans la
mobilisation communautaire et dans le relèvement des plateaux techniques, y compris au niveau des
structures sanitaires situées en zone rurale et suburbaine, particulièrement démunies.

La pandémie a aussi servi de révélateur aux dysfonctionnements et limites de certaines politiques
publiques, plus particulièrement, celle de la décentralisation, qui est limitée par le fait que les conseils de
collectivités locales peinent à jouer leur rôle, dans l’impulsion d’un développement multisectoriel de leurs
territoires, particulièrement sur les questions sanitaires et sociales.

La COSAS, fidèle à son rôle, d’évaluation continue et d’accompagnement des politiques publiques de
santé et d’action sociale appelle les collectivités territoriales, à :

 Contribuer à la mise sur pied / redynamisation des comités de veille et d’alerte communautaire,
devant chacun, élaborer un plan d’action communautaire autour des axes suivants :

 L’identification rapide, le dépistage des cas et des contacts ainsi que leur prise en charge
domiciliaire / mise en quarantaine, en cas de besoin,

 La communication et des initiatives communautaires concrètes pour le respect de mesures
barrières dans les domiciles, les lieux de cultes, les lieux de travail, les écoles et daara, les
marchés, les cimetières et autres lieux publics, l’interdiction des rassemblements, y compris lors
des cérémonies familiales

 Le suivi et l’évaluation périodique de l’efficacité des interventions mises en œuvre.

 Former, encadrer et accompagner les dits comités avec l’aide des agents de santé

 Mobiliser des ressources pour accompagner les initiatives communautaires de riposte

 Œuvrer davantage pour l’approfondissement du processus de décentralisation et le renforcement
de la dynamique communautaire, domaines, dans lesquels, notre pays dispose déjà de solides atouts,

 S’approprier davantage du processus de planification, de la mobilisation des ressources pour la
mise en œuvre et le suivi stratégique des interventions sanitaires et sociales essentielles,
compétence qui leur est transférée depuis 1996,

 Permettre un meilleur accès des populations aux services sociaux de base,