Ultimate magazine theme for WordPress.

Des « Ibadous » dévoilent le projet de Sonko….éliminer les confréries

0

Le salafisme, une menace sérieuse…pour le Sénégal !

Le Sénégal est-il sur la voie de basculer vers le chaos ? Tout semble converger en ce sens. Depuis un certain temps, un groupe d’individus s’est donné comme mission de s’attaquer aux confréries religieuses au Sénégal. La majorité de ces personnes sont des membres du Parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) ou alors des sympathisants de Ousmane Sonko. Elles côtoient le plus souvent le salafisme dans son état pur. Leur cibles sont les confréries et ce qui s’est passé vendredi au tribunal de Dakar le prouve à suffisance.

Le procès qui oppose Oumar Sall contre des disciples Tidianes devait se tenir le 1er décembre 2023, au tribunal de grande instance de Dakar. Les initiateurs de cette plainte qui a abouti à l’arrestation du prêcheur depuis le 17 novembre sont restés sur leur position. D’après leur porte-parole, Oumar Sall, dans ses prêches, ne cesse de s’attaquer aux pratiques de la confrérie Tidiane et à ses guides. Mais ledit procès a été renvoyé au 8 décembre prochain. Une décision qui a poussé les sympathisants du prêcheur à scander des «Allahou Akbar» et des slogans comme «Sunnah si kaaw Bidah si souf». Heureusement pour eux, ils ne sont pas en France, sinon ils seraient déjà fichés comme terroristes.

Des propos qui ont fait réagir de nombreux sénégalais sur la toile. Ce comportement orthodoxe de ces personnes qui se réclament être des «Ibadous» fait peur. Depuis un certain moment, ils se sont lancés dans un discours radical envers les confréries. Une nouvelle branche de prêcheur a pris d’assaut les réseaux sociaux. Ces personnes passent la majorité de leur temps à s’en prendre aux Khalifes. Ils délaissent complètement les textes coraniques pour s’en prendre aux valeurs de ce pays. Des discours dangereux qui peuvent mener le Sénégal vers des lendemains sombres. Ces personnes veulent tout pour plonger le Sénégal dans une guerre religieuse. Logés le plus souvent à l’étranger, ils attaquent directement les autres religieux.

Ces personnes sont différentes de la branche de «Ibadou» qui vit en harmonie au Sénégal. Cette communauté a toujours su faire la part des choses. Mais avec l’avènement du jihadisme dans le sahel, de nouveaux porteurs de voix sont mandatés pour s’attaquer aux fondamentaux religieux du pays. Leur cible : l’islam confrérique. Ils cherchent à faire du Sénégal un état Islamiste comme dans certains pays du Sahel. Et ce qui s’est passé vendredi au tribunal semble confirmer les soupçons des sénégalais qui avaient des doutes sur la présence de ces forces extérieurs.

sonko

En scandant «Sunna Si Kaw Bidah si souf», ils admettent vouloir instaurer un nouveau format de l’islam. Les fondateurs des confréries qu’ils attaquent ont toujours vécu dans la Sunnah du Prophète Mouhamed. Tous leurs enseignements tournent autour de la Sunna. Critiquer leur manière de faire reviendrait à admettre la création d’un nouveau dogme religieux. Et ce dogme n’est rien d’autre que le salafisme. Une véritable menace pour la stabilité du Sénégal. Dans tous les pays où ce salafisme s’est installé, règne le chaos.

Fort heureusement, les confréries ont choisi la bonne voie pour arrêter cette avancée de l’extrémisme religieux. En portant plainte contre Oustaz Oumar Sall, les Tidianes ont déjoué le plan de ses hommes tapis dans l’ombre. Depuis mars 2021, on cherche tous les moyens pour déstabiliser l’Etat gazier et pétrolier qu’est devenu le Sénégal. Malheureusement pour ces théoriciens du chaos, les sénégalais ont compris l’enjeu sécuritaire actuel. Et ils refusent de tomber dans le piège ourdi contre notre pays.

sonko

Si le Sénégal en est arrivé là, l’ex parti Pastef y a joué son rôle. De nombreux camarades de Ousmane Sonko se sont lancés sur la voie de l’islamisme radical. Les propos de Ngagne Demba Touré, les insultes des patriotes envers les religieux, les attaques de ces mêmes personnes envers Touba et Tivaouane et la bourde de Me Tall suffisent pour ouvrir les yeux aux sénégalais.

Une minorité tente de déstabiliser ce pays depuis les événements de mars 2021. Mais l’Etat a su contenir la menace. Grâce à la vigilance de certains hommes comme Antoine Diome, le Sénégal est resté un État sûr. Mais on ne doit pas baisser la garde. Ce qui se passe actuellement dans le Nord Mali et le Burkina Faso doit nous servir de boussole.

La menace salafiste est bel et bien présente. D’où ce discours ferme du président Macky Sall à Fatick. « Ceux qui pensent pouvoir semer le chaos dans ce pays. Ils n’ont qu’à se tenir tranquilles. Ceux qui pensent que je vais capituler devant ces forces intérieures ou extérieures n’ont rien compris. J’ai renoncé au pouvoir mais jusqu’au jour où je vais passer le témoin au futur Président, et j’espère que ce sera vous (Il désigne Amadou Bâ), je n’accepterai jamais le chaos au Sénégal. Ceux qui veulent le tenter n’ont qu’à essayer, on verra. Ça suffit », avait-il déclaré. La balle est désormais dans le camp des sénégalais qui doivent à tout prix éviter le piège salafiste !

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra