Ultimate magazine theme for WordPress.

Dialogue national…Macky Sall tombe dans son propre piège

1

Le président Macky Sall se perd parfois dans ses calculs. Décrit comme étant un génie politique, il a pris une décision radicale qui le place en très mauvaise posture. Le locataire du Palais a reporté l’élection présidentielle initialement prévue le 25 février 2024. Un report qui fait grand bruit. Face au tollé générale, le commandant en chef tempère les ardeurs en ouvrant les voies du dialogue. Mais cette fois-ci, il n’a pas choisi la bonne stratégie. La coalition au pouvoir, Benno Bokk Yakaar, fait face à un gros problème. Si cet obstacle n’est pas franchi, ce dialogue national sera un véritable échec.

macky

Le report de l’élection présidentielle continue d’alimenter les débats. L’opposition et les membres de la société civile s’apprêtent à investir la rue ce vendredi. Ce pour démontrer qu’ils sont contre cette décision prise par le chef de l’Etat. Rien ne dit que ce rassemblement sera autorisé. Ce qui risque de relancer le cycle des manifestations violentes. Les sénégalais retiennent leur souffle car cette décision prise par Macky Sall peut lui retomber dessus à tout moment. Les beaux parleurs du pouvoir ne disent pas la vérité. Notre pays fait face à une véritable crise.

Face à cette situation, Macky Sall desserre l’étau pour éviter que le pays ne sombre. Le chef de l’Etat, lors de sa communication en conseil des ministres ce mercredi, a interpellé le ministre de la justice sur les questions intérieures notamment, « la pacification de l’espace public ». Le président a demandé au gouvernement, notamment au Garde des Sceaux, ministre de la Justice de prendre les dispositions nécessaires pour matérialiser cette volonté. D’ailleurs, ceci, est selon le chef de l’Etat, d’autant plus pertinent dans la perspective du dialogue national et de l’organisation de la prochaine élection présidentielle vers laquelle nous nous acheminons. 

Pour beaucoup de sénégalais, le président Macky Sall drague l’opposition. Mais sa cible principale est Ousmane Sonko. Malheureusement pour le chef de l’Etat, les opposants les plus représentatifs ont refusé de répondre à son appel. Cette fois-ci, le président risque de dialoguer tout seul. Khalifa Sall refuse catégoriquement d’aller à la table du dialogue. Et il n’est pas le seul. De nombreux leaders pensent comme lui. Mais aucune de ces personnes n’intéressent le commandant en chef. De nombreux observateurs sont d’avis que le pouvoir cherche à régler le cas du maire de Ziguinchor et de ses milliers d’alliés dispersés dans les prisons sénégalais.

macky

Le leader de l’ex Parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) demeure une épine sous la chaussure de Macky Sall. Pour dialoguer avec Ousmane Sonko, il faudrait le libérer et libérer ses alliés. Chose que de nombreux sénégalais refusent. Même si le maire de Ziguinchor a eu raison sur le régime, il a commis certaines erreurs qu’il doit payer. Sa radicalisation l’a perdu face à un régime qui s’accroche. Pour Moustapha Diakhaté, « ce n’est pas de la décrispation encore moins de la réconciliation mais de la trahison que d’envisager de dialoguer avec Ousmane Sonko ».

L’Etat ne peut pas libérer Ousmane Sonko au nom du dialogue. Cela reviendrait à accepter que l’opposant radical est victime d’une répression injustifiée du pouvoir. Alors, la libération de Sonko n’est pas envisageable. Mais les patriotes sont les premiers à refuser la main tendue par le président de la République. Sur les réseaux sociaux, ils mettent en garde tout leader de l’opposition qui sera tenté d’aller quémander sa candidature devant le chef de l’Etat Macky Sall. Ce qui compromet les projets de l’actuel locataire du Palais.

Alors avec qui Macky Sall va-t-il dialoguer ? Le président a beau vouloir baisser les tensions, il ne pourra le faire. Cette décision de reporter la présidentielle est une pilule amère pour de nombreux sénégalais. Malheureusement, sans ce dialogue, le pays sera dans une situation très compliquée. 

Pacifier l’espace politique ne sera pas chose facile. Le président Macky Sall a commis l’erreur de la dernière minute. Maintenant que son image est écorchée à l’internationale, il lui sera très difficile de rester ce modèle de démocratie qui faisait tant rêver. 

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (1)
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra