Ultimate magazine theme for WordPress.

Serigne Mbacké Ndiaye : « Nous n’avons pas de leçon à recevoir de l’occident »

0

Conférence de presse du Jeudi 08 Février 2024 au Café de Rome : Appel à la classe politique 

Au moment où se tient cette rencontre avec la presse que je salue pour  son professionnalisme et son patriotisme, notre pays se trouve confronté à des conflits pré-électoraux qui se sont accentués depuis que le Président  de la République a annoncé le report de l’élection présidentielle  initialement prévue le 25 Février 2024. Mais avant d’aller plus loin, sans  esprit partisan ou clanique, interrogeons-nous pour savoir ce qui s’est  réellement passé et situer les responsabilités de chacun. 

Le 20 Janvier dernier, en application des dispositions pertinentes de  l’article L126 du code électoral, le Conseil Constitutionnel a proclamé la  liste définitive des candidats à l’élection présidentielle. Pour rappel, cet  article dit à son dernier paragraphe, je site « au plus tard 35 jours avant le  scrutin, le Conseil Constitutionnel concède à la publication de la liste des  candidats. » Que s’est-il passé après ?  

– Quarante-et-un (41) Candidats recalés au parrainage qui se sont sentis  lésés, ont protesté et saisi le Président de la République, selon leurs  propres termes (clé de voute des institutions et Président du Conseil 

Supérieur de la Magistrature) pour être rétablis dans leur droit.  Incontestablement, ceci est une demande de report de l’élection  présidentielle car il n’était plus possible de respecter les 35 jours francs  qui séparent la publication de la liste au jour du scrutin (Article L126  du code électoral). 

– Deuxième élément de taille, le candidat Karim Wade, par le biais de  son mandataire mais aussi de son parti le PDS, a accusé nommément  des membres du Conseil Constitutionnel de corruption. Faits extrêmement graves. 

– En fin, une candidate qui a déclaré n’avoir que la nationalité  sénégalaise a aussi été poursuivie parce que tout simplement sa  nationalité française a été divulguée. 

– Il s’y ajoute que des membres de la société civile ont déclaré  publiquement avoir pris contact avec le Président de la République et  des leaders de partis pour obtenir le report de l’élection et l’ouverture  d’un dialogue inclusif. Voilà les faits et nous en sommes tous témoins. 

Si donc le Président de la République a pris la décision de reporter  l’élection présidentielle pour que lumière soit faite sur toutes ces affaires,  chacun peut en avoir son avis, c’est cela le débat démocratique, mais nul  ne peut soutenir valablement que le Président Macky Sall a pris cette 

décision unilatérale de reporter l’élection présidentielle d’autant plus que  l’Assemblée Nationale souveraine a décidé de la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire.

Malheureusement, tous ces demandeurs de report ou de dialogue ont  mystérieusement disparu et se sont tous tus pour faire porter le chapeau  du report au seul Président Macky Sall. Où sont ceux qui criaient sur tous  les toits que « Jamm guën élection » (La paix est meilleure qu’une élection) ? Où sont ces membres de la société civile qui parlaient de  dialogue inclusif ou de dialogue de dernière chance ? Tous ont disparus. 

Mieux, mes recherches actuelles confirment l’existence d’une  jurisprudence du Conseil Constitutionnel français selon laquelle le  report d’une élection présidentielle est juridiquement accepté tant  qu’elle se tient dans la même année, et c’est le cas. 

Analysant ces faits, je me pose deux questions, qui a intérêt au report de  l’élection ? et qui a intérêt à ce qu’elle se tienne à la date prévue. Les  réponses peuvent être diverses et variées mais en ce qui me concerne, je  retiens que tous les candidats qui espéraient profiter de l’électorat du  PDS, veulent que l’élection se tienne à l’insu de Karim Wade. 

Aussi, tous ceux qui veulent grignoter sur l’électorat de Ousmane Sonko  ou qui veulent le remplacer ont intérêt à la tenue de l’élection le 25  Février 2024. 

Par contre, tous ceux qui veulent une élection inclusive sans contestation  post-électorale et faire avancer notre démocratie, trouvent leur intérêt  dans le report de l’élection présidentielle. 

Bien sûr, des ennemis de la république qui cherchent à déstabiliser notre  pays en profitent et utilisent des médias étrangers pour jeter le discrédit 

sur notre démocratie et sur nos dirigeants. J’en veux pour preuve des  chroniques faits sur des plateaux de France 24 et de RFI dont les auteurs  appelés « Spécialistes des questions africaines ignorent tout de notre pays  et de ses réalités ».  

C’est le lieu pour moi de dénoncer une telle attitude au moment où les  dirigeants français réorientent leur politique vis-à-vis de nous pour traiter  d’égal à égal comme l’attestent les efforts faits par le Consulat de Frances  à Dakar dans le cadre de l’obtention des visas mais aussi de l’accueil  réservé aux demandeurs. Bref, nos rapports avec la France n’étant pas le  point central de notre discussion d’aujourd’hui, je le suspends en  attendant d’y revenir prochainement. 

Toutefois, je tiens à affirmer avec force que nous n’avons pas de leçon de  démocratie à recevoir de l’occident, particulièrement des Etats Unis qui  ferment ses yeux au moment où Israël passe tout son temps à massacrer  des populations civiles, des jeunes et des femmes à Gaza. Les Etats Unis  qui sont incapables d’organiser des élections transparentes et  démocratiques n’ont pas de leçon à nous donner. J’en veux pour preuve  la réélection de Georges Bush fils qui n’a été possible que grâce à un  arrêté de son frère le donnant vainqueur dans un état. J’en veux pour  preuve les contestations formulées par Donald Trump face à Joe Biden  sanctionné par l’attaque du Capitol. L’assassinat de Georges Floyd qui  n’est qu’un exemple parmi tant d’autres et encore présents dans nos  mémoires pour que nous acceptions des critiques venant de Washington.

Par ailleurs, dans son discours à la nation, le Président de la République  a utilisé deux mots qui ont pour moi toute leur importance, à savoir,  élection inclusive et réconciliation des sénégalais. 

Pour atteindre ces objectifs, il nous faut dialoguer dans l’intérêt exclusif  du Sénégal. Pour la facilitation de ce dialogue, je lance un appel à  d’illustres sénégalais qui ont fait la preuve de leur engagement au service  du Sénégal. Parmi ceux-là, je vais citer l’homme d’affaires Mountakha  Kane, homonyme, disciple et très proche du Khalife Général des  Mourides. Il m’avait beaucoup aidé quant-il s’était agit de rendre visite  au Saint Homme dans la perspective des retrouvailles entre le Président  Wade et le Président Macky Sall à l’occasion de l’inauguration de la  Mosquée Massalikoul Djinane. Il s’était également investi quand j’allais  rendre visite à nouveau à Serigne Mountakha Bassirou lors des derniers  événements de 2023. 

Je cite dans ce registre également Messieurs Madiambal Diagne et  Youssou Ndour qui peuvent beaucoup apporter à ce dialogue. 

Il me semble également important que le Président Macky Sall, Président  de notre coalition Benno Bokk Yaakar, engage des discussions avec tous  nos frères qui nous avaient quittés après le choix du candidat Amadou  Bâ. Je leurs lance un appel pressant pour le retour à la maison familiale.  Mes frères Boune Abdallah Dione, Ali Ngouye Ndiaye et Mame Boye  Diao n’ont leur place que dans la coalition Benn Bokk Yaakar.  

Et dans la perspective de ce dialogue, je voudrais suggérer ce qui suit :

1°) Je sollicite le Président Macky Sall à qui je demande de faire prendre  toutes les dispositions utiles pour que Walf TV retrouve sa licence.  Aussi, que certains journalistes comprennent que démocratie ne rime  pas avec anarchie. 

2°) Le jugement ou la libération de tous ceux qui sont détenus à cause  des événements politiques que nous connaissons. Ainsi, le Président  de la République aura la latitude de gracier ceux qui seront  condamnés, ce qui garantie la séparation des pouvoirs. 

3°) Ouvrir les listes électorales pendant 1 ou 2 mois pour permettre  l’inscription de tous ceux qui le désirent. 

4°) Auditer à nouveau le fichier électoral. 

5°) Confier les opérations de contrôle du parrainage à la Direction  Générale des Elections, tâche dévolue actuellement au Conseil  Constitutionnel. 

6°) En cas de contestation suite aux contrôles de parrainage, faire recours  à la Cour d’Appel. 

7°) Ainsi, le Conseil Constitutionnel n’aura que deux tâches électorales : 

– Proclamation des résultats définitifs après la publication des résultats  provisoires par la Cour d’Appel. 

– Recevoir le serment du Président élu. 

Mes chers compatriotes, on reconnait les grands hommes quant-il y a des  défis à relever. Nous avons besoin de dirigeants quand la situation est 

difficile. En ce qui nous concerne, je rappelle ici et maintenant que nous  hommes politiques, nous ne sommes que 10% de la population. Nous  disons partout que notre combat est pour assurer le bien-être de nos  concitoyens. Alors, nous n’avons pas le droit de prendre en otage ce pays.  Nous n’avons pas le droit d’inquiéter chaque jour les sénégalaises et les  sénégalais. Faisons le sursaut que tout le peuple attend de nous pour sortir  le Sénégal de la situation difficile mais pas perdue dans laquelle il se  trouve.  

Le Ministre Serigne Mbacké Ndiaye 

Président de la CLP 

Président de l’Alliance Sénégal Sama Yitte

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra