Ultimate magazine theme for WordPress.

Doudou Ka…Un DG qui découpe à la machette

0

Doudou Ka utilise la violence à Ziguinchor pour monter dans les sondages

En matière de criminologie, on pose toujours la question à savoir « à qui profite le crime ? » lors d’un homicide. Et si on ramène cette question dans le landerneau politique, elle deviendra « à qui profite les violences enregistrées à Ziguinchor ce lundi soir ? » Sûrement pas à Ousmane Sonko. C’est plutôt Doudou Ka qui en tire profit. Alors arrêtons-nous sur ce personnage atypique qui veut briller dans l’espace politique sénégalais.

Comme le disait feu Ousmane Tanor Dieng, les partis politiques ont deux adversaires, les investitures et les renouvellements. Alors que l’on s’achemine vers les élections locales prévues le dimanche 23 janvier 2021, pouvoir et opposition multiplient les actions en vue de préparer les prochaines échéances. C’est en ce sens que le leader de Pastef, Ousmane Sonko s’est rendu à Ziguinchor. Mais mal lui en prit car ses partisans ont été attaqués par ceux de Doudou Ka. Un affrontement qui a fait plusieurs blessés.

Mais ces affrontements sont au profit de Doudou Ka lui-même. Avant ces incidents, l’actuel directeur de l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) était inconnu dans le Sud. Même s’il est natif de Ziguinchor, politiquement il ne pèse rien du tout dans cette partie du Sénégal. Mais contre toute attente, Ousmane Sonko et ses partisans viennent de faire sa pub. Sur tous les journaux parus ce mardi il y avait à la Une le nom de Doudou Ka. Cet homme qui voulait être sous les projecteurs vient d’avoir son heure de gloire.

Avec sa gestion catastrophique au niveau du fonds de garantie des investissements prioritaires (FONGIP) et les coups bas qu’il envoyait à son camarade de parti, Benoit Sambou, il ne faisait pas le poids face à un adversaire comme Abdoulaye Baldé ou un autre candidat venant d’un parti comme Pastef. Alors il avait besoin de quelque chose pour remonter la pente. Et il a choisi la voie la plus radicale, celle de la violence. Tout cela pour plaire à Macky Sall.

Mais l’actuel directeur de l’AIBD n’est pas blanc comme neige. En 2008, il était au cœur d’une affaire de malversations financières commises, en intelligence avec Nourédine El Melouki, ex-directeur général de la boîte et El Ilham, ex-directeur technique et armement, au détriment de l’ex-SOMAT où il officiait comme directeur financier et du système d’information. Une situation dans laquelle l’homme a été sauvé de la guillotine par Karim Wade.

En effet le fils de Wade était intervenu sur recommandation de sa Majesté le Roi Mohamed VI du Maroc pour extirper des griffes des redoutables limiers de la division des investigations criminelles (DIC) son acolyte, Nourédine El Melouki. En s’y attelant, Karim a aussi sauvé Doudou Ka.

Ousmane Sonko n’a pas tort de traiter Doudou Ka d’acteur « politique mineur ». Politiquement, il ne peut rien apporter à la mouvance présidentielle. Au contraire, Doudou Ka est un véritable problème pour Macky Sall. Beaucoup de responsables de son parti sont d’avis que Macky a fait une erreur de casting.

Dans une tribune, un responsable de l’APR estimait que sa « nomination à la tête du Fongip est une erreur de l’histoire, tant l’homme brille par son incompétence pour ne pas dire son incurie doublée d’un bleu sur son bilan qui franchit les limites du raisonnable. »

Mais au soir du 23 janvier il risque de voir le revers de la médaille. Les sénégalais ne sont pas du genre à oublier. Et cet incident du lundi va le poursuivre tout au long de sa carrière politique. Les évènements du mois de mars en sont un exemple. Et Pastef a su laisser ses marques en Casamance alors il sera difficile de passer sur lui. Alors la tâche ardue pour Doudou Ka, qui porte désormais l’étiquette d’un fauteur de trouble.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire