Exploitation minière : Valoriser le contenu local sénégalais

» Les possibilités de partenariat commercial et politique, ainsi que les opportunités de coopération au développement qu’offre l’essor du secteur minier, appellent une meilleure implication des populations, des collectivités territoriales et des organisations communautaires de base dans le processus d’affectation et d’exploitation des ressources naturelles. Les communautés aspirent en effet à une plus grande justice sociale et économique, à une plus grande équité, à plus de transparence dans l’attribution des concessions d’exploitation minière, mais aussi à une gestion participative et inclusive des activités extractives tout au long des phases du projet minier… « , peut-on lire dans la note parvenue à senego.

« Le Sénégal oriental, entre autres régions naturelles du Sénégal, est doté d’importantes ressources minières. C’est dans cette partie du Sénégal que se situent les différentes réserves de minerais estimées à 800 millions de tonnes de minerais de fer de bonne qualité situés dans les 3 principaux massifs de Koudékourou, de Kouroudiako et de Karakaène ; mais aussi 376,7 tonnes d’or au niveau des sites de Sabodala, Massawa, Boto, Tomboronkoto, Golouma et Masato ; ou encore 1,4 millions de tonnes de marbre à Bel Ndébu et à Bandafassi, voire 2 000 tonnes d’uranium à Saraya. Sans compter les nombreux autres minerais tels que le manganèse, le diamant, etc « , note Enda Lead Afrique Francophone.

Ainsi, ces potentialités, conjuguées à la relative stabilité politique du Sénégal, attirent de plus en plus d’investisseurs étrangers (multinationales minières), dont certains ont une envergure mondiale. Aussi, aller vers une meilleure redistribution des richesses minières, dans les terroirs d’exploration et/ ou d’exploitation minière (Kédougou, Thiès et Matam), invite à poser la question des relations d’affaires suscitées par les chaines d’approvisionnement entre les entreprises minières et les acteurs économiques locaux.

» Avec ces nouveaux projets d’envergure, ayant des besoins importants d’approvisionnement en biens et services à toutes les étapes de leurs opérations (de la recherche à la production), le secteur minier peut offrir des opportunités considérables en termes de création d’emplois et de développement de chaines de sous-traitance locale ayant la capacité de se conformer aux standards de qualité exigés par les multinationales et ainsi les approvisionner pendant tout le cycle de vie du projet minier… « , poursuit Enda.

Ainsi, face à ces défis, « l’Etat et les compagnies minières gagneraient à développer le contenu local dans le but de maximiser les retombées économiques et sociales de leurs activités à l’échelle des communautés. »
» C’est dans cette perspective que TGO avait pris la décision, en 2016, de renforcer les capacités de ses fournisseurs locaux afin de hisser leur niveau de compétences dans l’exercice de leurs métiers. Une initiative copiée par Toro Gold en partenariat avec le Lycée technique et minier de Kédougou. Mais malgré cette volonté, la promotion du contenu local demeure une véritable problématique qui nécessite de sérieuses concertations en vue de dégager des recommandations fortes et de mettre en place une politique et un cadre de gouvernance inclusif à l’échelle nationale « , conclut Enda dans le communiqué parvenu à senego.

source: senego