Forcing pour « introniser » son fils…L’échec retentissant programmé de Me Wade

Dans le landerneau politique sénégalais, le Parti démocratique sénégalais (PDS) fait cas de figure unique. Voilà un parti qui, malgré son accession au pouvoir qu’il a pu conserver pendant douze (12) ans, constitue pourtant un cas unique au Sénégal.

Au PDS, il est permis de déjeuner avec le roi sur la même table, pourvu que quand il hoquette, on en fait de même que lui. Nombreux sont-ils, parmi ceux que l’on dit fidèles les plus fidèles à l’apprendre à leurs dépens, en subissant les foudres du roi. Ainsi fonctionne le royaume. Soit, on se plie aux lois du roi ou alors, on subit ses foudres.

Me Abdoulaye Wade vient par son seul désir, par sa seule volonté de démontrer qu’il est l’unique fondateur, la « seule constance au PDS », sinon le reste n’est qu’une « variante ». Il a décidé que son fils Karim Wade sera le seul maître du pays, en devenant le futur Président de la République du Sénégal, au passage à qui, il va léguer le PDS, personne ne doit s’opposer à sa volonté. Sauf que pour la présidence de la République, le peuple sénégalais à qui seul appartient le pouvoir de décider grâce au suffrage universel direct, qui sera conduit à la tête de la nation, en est le seul décideur.

Me Abdoulaye Wade, malgré libéral qu’il est, doit apprendre du Président Mao Tse Toung que « le peuple est la seule force motrice, le seul créateur de l’histoire universelle ». L’ancien Président de la République du Sénégal doit certainement se réjouir de s’être débarrassé de l’ex-coordonnateur national et numéro 2 de son parti, en le gommant de l’organigramme du PDS, et de voir ses « têtes brûlées » que sont Babacar Gaye et Me El Hadj Amadou Sall décliner les postes de responsabilité qu’il bien voulus leur concéder.

Me Abdoulaye Wade se trompe certainement d’époque, lorsqu’il se séparait sans coup férir de Serigne Diop, de feu Fara Ndiaye, de Me Ousmane Ngom, de Idrissa Seck, sans compter d’autres. Il a réussi de telles sortes, qu’actuellement l’appareil du PDS est entre les mains de son fils Karim Wade et de tous ses affidés. Seulement, c’est là où il se trompe lourdement.

Ah, Me Abdoulaye Wade et son fils Karim ! S’ils savaient que l’histoire avance toujours masquée et peut jouer des tours inattendus. La preuve, la rébellion au sein du PDS devient de plus en plus féroce. Une donne qui affaiblit le PDS, et réduit à néant les chances de son fils d’être Président de la République du Sénégal, comme il le souhaite.

Thiémokho BORE pour xibaaru.sn