Présidence de la République : Par quelle porte va passer Karim Wade ?

Pardi, dirait-on ! Karim Wade, fils du tout puissant Me Abdoulaye Wade. Voilà un homme né sous la bonne étoile. Parce que ce distingué Monsieur a le seul mérite d’être le fils de « l’homme le plus diplômé en Afrique du Cap au Caire (sic !) ». S’y ajoute que tout doit lui tomber du ciel. Son très « intelligent » père dont Georges Bush et Ali Bongo ne sont que des apprentis face à lui, a certainement la recette qu’il faut.

Bref, même hors du pouvoir, Me Abdoulaye Wade veut toujours garder ce rôle de Maître du jeu politique. Son fils, ancien tout puissant lui aussi, ministre du ciel et de la terre sous son règne, est le plus « compétent » de tous les Sénégalais qui a « étudié les hautes finances », et est le seul capable « d’attirer tous les investisseurs dans ce pays ».

Karim Wade jouit bien de son exil plus que doré au Qatar. A présent que son père lui offre sur un plateau d’argent le Parti démocratique sénégalais (PDS), reste plus que le chemin et les portes du Palais lui soient balisés grandement. En quoi faisant, serait-on tenté de dire ? Karim Wade, c’est tout un contentieux avec les juridictions sénégalaises. Condamné à une peine de prison ferme par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), avant de bénéficier d’une grâce présidentielle, Karim Wade s’est vu également infligé d’une lourde peine de dommages et intérêts, dont il lui faut s’acquitter, à moins de bénéficier d’une loi d’amnistie. Un processus fastidieux, car obligeant le Président de la République à adopter le projet de loi amnistiant non seulement Karim Wade des faits pour lesquels il est poursuivi, avec tous ses autres complices, mais également devant être voté par l’Assemblée nationale, avant sa promulgation.

Un exercice auquel Macky Sall se passerait volontiers, sauf à vouloir se faire passer aux yeux des Sénégalais comme étant le Président de la République à classer au chapitre des pertes des deniers de la nation détournés.

Karim Wade est condamné non seulement à se tenir à carreaux, en ne revenant au Sénégal sous peine de rembourser les deniers de la nation ou alors à retourner en prison avec le risque de la contrainte par corps qui pèse sur ses épaules.

A quoi rime tout ce cirque de Me Abdoulaye Wade qui comprend très bien qu’avec cette épée de Damoclès, son fils adoré n’a plus de devoirs et de droits civiques au Sénégal, en voulant lui confier les rênes du PDS, un escalier pour pouvoir s’offrir les suffrages de ses compatriotes ?

Thiémokho BORE pour xibaaru.sn