Ultimate magazine theme for WordPress.

Gabon : l’adjoint au maire tabassé par un commerçant libanais

Le 2e adjoint au maire de Franceville, Jules Ferry Ndoumou, sortant du magasin, hagard, titubant et abasourdi, soutenu par la population
0

Le 2e maire adjoint de la commune de Franceville, chargé de la voirie, Jules Ferry Ndoumou, a été tabassé ce 24 février par un commerçant libanais, aidé de ses frères, au quartier Potos. Plusieurs griefs sont invoqués pour expliquer l’origine de cette altercation ayant abouti au passage à tabac de l’un des édiles de la ville.

Le quartier Potos, dans le premier arrondissement de Franceville, est en ébullition ce 24 février avec une rixe entre le 2e maire adjoint, chargé de la voirie, Jules Ferry Ndoumou, et un commerçant libanais, appuyé par les membres de sa famille.

Si jusqu’alors aucune source officielle n’explique l’origine de cette altercation, il reste que des témoins joints à Franceville, à Potos, racontent que le maire Jules Ferry Ndoumou s’est rendu, en matinée, dans le commerce de ce Libanais pour régler un litige. Malgré la diplomatie de l’édile pour faire entendre raison à l’opérateur économique, ce dernier n’a rien voulu entendre.

«Las de pourparlers, le responsable municipale a choisi de s’en aller. Or, le Libanais le filmait ainsi que sa délégation à son insu», raconte une source à Franceville, qui ajoute qu’«un agent municipal ayant vu la scène a demandé d’effacer la vidéo, en vain. Et c’est de là qu’est partie l’altercation». Il fait savoir que le maire a été bastonné par l’opérateur économique, aidé de ses frères.

Sur des vidéos abondamment diffusées sur les réseaux sociaux, on voit Jules Ferry Ndoumou sortir du magasin, hagard, titubant et abasourdi. Visiblement sous l’effet des coups !

Notre confrère Gabonactu.com raconte, quant à lui, que «la brouille a démarré mardi». Le journal en ligne explique que «le maire a informé le commerçant libanais d’une décision municipale d’installer des commerçantes devant son magasin situé à Potos, le centre des affaires de la capitale provinciale du Haut Ogooué. Le Libanais n’a pas accepté une telle décision qui étoufferait son magasin».

Il ajoute que «ce mercredi matin, l’opérateur économique libanais a stationné un gros camion de livraison à l’endroit où les commerçantes devaient être installées. Revenu sur le terrain, le maire constate le gros obstacle. Il tente de faire entendre raison au Libanais. Une engueulade survient. Les esprits s’échauffent. Les badauds accourent de partout. Dans ce cafouillage, les coups sont partis. Le maire Jules Ferry Ndoumou est pris en tenaille».

La population crie à la vengeance, les Libanais se sont retranchés dans leur boutique. Dans la foulée, le procureur de la République, les forces du maintien de l’ordre sont arrivés et attendent l’ouverture des portes. Les Libanais ont ouvert la porte avant de se faire embarquer pour le poste de police sous la liesse populaire. A ce qu’il se dit, «le Libanais et sa clique serait aller jusqu’à cet extrême parce qu’il est le beau-frère d’un baron de la localité».

laissez un commentaire