Gestion de Mouhamadou Makhtar Cissé : La sortie piteuse de son Chef de cabinet

Le ministre du Pétrole et des Energies, Mouhamadou Makhtar Cissé gagnerait mieux à se faire entourer par des individus dont la fonction est surtout de jouer auprès de lui, le rôle de répondeur automatique. Un sinistre personnage répondant du nom de Mouhamadou Lamine Diop, se présentant comme étant son chef de cabinet a cru devoir se fendre d’un papier, un véritable torchon indigne d’un élève du primaire, pour s’en prendre à votre serviteur qui, crime de lèse-majesté, a écrit un article, pas du goût de son patron.

Ne riez surtout pas ! Nous vous épargnons certains détails de ce papier signé par ce personnage lugubre qu’est Mouhamadou Lamine Diop, dont le titre est : « Quand on aime pas le bien ». Mouhamadou Lamine Diop n’a certainement pas bien assimilé ses leçons de grammaire à l’école primaire sur la négation, au point de penser à la liaison sur le titre de son article. C’est vraiment à travers un texte truffé de fautes que ce répondeur automatique s’en prend à nous pour avoir écrit un article qui décrie la gestion de son patron durant son passage à la tête de la Société nationale d’électricité (SENELEC).

A ceux qui en doutent encore, nous réaffirmons que sous Mouhamadou Makhtar Cissé, la SENELEC a procédé à des recrutements de personnel uniquement basés sur le clientélisme politique. Son effectif a plus qu’augmenté. Ce qui place la SENELEC dans une situation de précarité, ne survivant que grâce aux subventions de l’Etat ou alors sur le dos de sa clientèle obligée de supporter de plus en plus des factures d’électricité devenues plus que salées. Des recrutements basés sur du clientélisme politique avec des personnes n’ayant le profil de l’emploi, nous aurions même pu dire des recrutements de complaisance. Tout ceci n’étonne guère, de la part d’un ministre qui aime s’entourer de personnages « nuls et médiocres ». Mouhamadou Lamine Diop, à travers son texte truffé de fautes, indigne d’un élève même du primaire en est le parfait exemple.

Sous Mouhamadou Lamine Cissé, la SENELEC, ce qu’on cherche à maquiller, a connu d’énormes difficultés financières. Au point qu’on veuille nous sortir aujourd’hui une dette que l’Etat du Sénégal doit à la SENELEC et qui la plongerait dans la précarité. Ça, le porteur de valises du ministre de l’Energie qui se sent pousser des ailes au point d’avoir les regards ailleurs, c’est-à-dire à l’avenue Roume, omet volontairement d’en parler. Qui tiendra rigueur à ce personnage ? Au fond, en s’entourant d’individus de son acabit, Mouhamadou Makhtar Cissé nous offre un avant-goût de là où il veut mener le Sénégal. En attendant, l’histoire retiendra que c’est au moment où il est ministre du Pétrole et de l’Energie, et au plus fort de toute la polémique sur le pétrole et le gaz, qu’un personnage sulfureux surnommé AJ Ayuk a été introduit au Sénégal et au Palais de la République pour les prochaines licences que doit attribuer l’Etat du Sénégal.

Thiémokho BORE