Ultimate magazine theme for WordPress.

Gorbatchev, le dernier dirigeant de l’URSS, est mort !

0

C’est une formidable destinée que celle de Mikhaïl Gorbatchev, mort à l’âge de 91 ans. Un provincial, venu du Caucase, à qui une ferveur communiste indiscutable et un entregent qui a fait beaucoup d’envieux auront permis de franchir, très jeune, dans les arcanes verrouillés d’un pouvoir sénile, toutes les étapes menant à la consécration suprême. Un opportuniste audacieux aussi.

Réalisant très tôt l’échec patent – mais non reconnu par ses pairs – du socialisme, il n’a pas tremblé et mis en pratique dès qu’il en a eu le pouvoir des réformes d’inspiration libérale qui vont fissurer le carcan d’un régime autoritaire, figé, improductif et surtout corrompu. Dans la foulée, il mettra également fin, à l’extérieur des frontières de l’URSS, à 70 ans de domination sur des pays asservis par un impitoyable système dictatorial, en laissant se détruire le Rideau de fer et en tirant un trait sur la guerre froide.

Et puis, comme l’apprenti sorcier qu’il était, il finira par être lui-même aspiré par le tourbillon du bouleversement qu’il avait engagé, au point d’être contraint de céder piteusement la place à plus réformiste que lui – du moins pouvait-on le croire à l’époque – en la personne de Boris Eltsine.

Le koulak et le stalinien

Dans le village de Privolnoe où il est né le 2 mars 1931 dans une famille de paysans, Mikhaïl Gorbatchev aura été dès l’enfance déchiré entre deux mondes. Celui d’une orthodoxie communiste pure et dure, celle que pratique son grand-père maternel Panteleï Gopkalo, président du kolkhoze du village, et celui d’une Russie plus traditionnelle, mais aussi plus ouverte au changement. En effet, le grand-père paternel du jeune Micha, Andreï Gorbatchev, est un cultivateur traditionnel, hostile à la collectivisation des terres et qui cherche à exploiter son bien en vendant ses produits au plus offrant. C’est une attitude qui ne pouvait être tolérée longtemps sous Staline, surtout après la grande famine des années trente. Alors que Gorbatchev a tout juste trois ans, Andreï qu’il adore et admire est arrêté et envoyé au goulag. Miraculeusement, car à l’époque on revenait rarement de Sibérie, le « koulak » récalcitrant est remis en liberté au bout d’un an seulement.

Entre-temps, le jeune Gorbatchev et ses parents se sont installés chez Panteleï, ce grand-père dont le marxisme est le bréviaire et pour qui Staline est un Dieu dont le culte imbibera les jeunes années de Micha. C’est dire qu’à l’orée de l’adolescence, le jeune homme n’a pas encore goûté aux sirènes de la contestation. Il fait au contraire un parcours scolaire impeccable et une montée en responsabilité régulière dans les jeunesses communistes, les komsomols : en 49, il est décoré de l’ordre du drapeau rouge du travail et termine son cycle scolaire avec une médaille d’argent. Cette double décoration « prolétarienne » a une influence considérable sur son avenir : elle lui ouvre, privilège rare pour un provincial, les portes de l’université de Moscou. Il y fera des études de droit et y rencontrera celle qui fut non seulement la femme de sa vie, Raïssa, mais aussi l’inspiratrice et le soutien de sa progression jusqu’au sommet du pouvoir. Lire la suite en cliquant ICI

laissez un commentaire