Ibrahima Sène : « Les pièges pour faire échouer la transition du CFA à l’ECO »

Dans les réseaux sociaux, un large débat est entretenu à propos de la position des pays de la ZMOA vis à vis de la prise de position des pays de l’UEMOA du 21 Décembre à Abidjan sur le CFA.
La question qui me taraude l’esprit est de savoir, pourquoi « anglophoniser » la réaction de la ZMOA, alors que la Guinée, francophone, en fait bien partie ?
Pourquoi « francophoniser » la décision de l’UEMOA, alors que la Guinée – Bissau, non francophone en fait partie ?
L’on tombe ainsi tout droit dans le clivage linguistique colonial de notre sous- région qui a longtemps servi à nous diviser !
En fait, il ne s’agit pas ici d’anglophones contre francophones, mais bien de divergences, non encore surmontées, du passage de nos monnaies locales, dont le CFA, à l’Eco.
Les pays de l’UEMOA ont fait un pas décisif vers l’Eco, alors que les autres, à l’exception du Ghana, pays anglophone, ne donnent aucun signal de leur volonté en perspective de l’ECO pour le 1er juillet 2020 !
De même, ceux qui prônent la disparition de l’UEMOA pour faciliter l’avènement de l’ECO, ne prennent pas en compte que si l’UEMOA disparaît, le Nigéria n’aura aucun contre- pouvoir pour prendre le contrôle de la CEDEAO.
C’est comme si la France disparaissait dans l’Union Européenne pour faire place nette à l’Allemagne !
Donc faisons-en sorte que l’UEMOA se consolide dans cette phase délicate où la France cherche à torpiller le processus qu’elle a amorcé.
La France peut user de la crise politique et sécuritaire au Mali, au Burkina et en Côte d’Ivoire pour faire tout capoter.
Elle ne lésine même pas devant la crise politique en Guinée où ses récentes prises de position ont jeté l’huile au feu.
Donc, si nous Sénégalais, nous tenons vraiment à sortir sans trop de dégâts du CFA, pour construire notre unité sous régionale, soyons attentifs à toutes les manœuvres visant à faire échouer la transition initiée par les pays de l’UEMOA depuis le 21 Décembre à Abidjan.
Aidons nos amis de Facebook dans ces pays pour qu’ils ne tombent pas dans les manœuvres de la France dans leurs pays.
Développons dans notre opinion publique dans notre pays, une prise de conscience collective de ces enjeux qui structurent notre futur, dont personne d’autre ne se préoccupe.
En effet, toutes les projections faites par les Institutions de Breton Woods, et les divers Instituts des grandes puissances occidentales, sur nos pays à partir de 2020, font comme s’il n’y aura pas de monnaie commune, l’ECO, ni de CEDEAO consolidée dans son projet d’intégration sous régionale.
Nous les pan- africanistes Sénégalais, avons donc un véritable défi à relever auprès de nos compatriotes de la sous- région, pour ne pas rater le rendez-vous historique de nos peuples du 1er juillet 2020, pour conquérir notre indépendance monétaire, et éviter ainsi de répéter notre incapacité d’accéder à l’Indépendance politique lors du référendum du 28 Septembre 1958.
Faisons de l’UEMOA d’aujourd’hui, les Guinéens de 1958 !

Dakar le 19 Janvier 2020

Ibrahima SENE PIT/SENEGAL