Incivismes et indisciplines des attitudes bien sénégalais…par Aliou Ngom

L’indiscipline et l’incivisme ont atteint des proportions inquiétantes au Sénégal dans presque tous les secteurs et les faits sont devenus banal et anodin.

Dépôts sauvages…

Des tas d’ordures sauvages par-ci, des carcasses de moutons par-là, tel est le décor dans les rues de Dakar pour ne pas dire du Sénégal dans toute son étendue. Un décor devenu banal pour les nombreux riverains qui ont l’habitude d’arpenter ces rues et ruelles infestées par une odeur nauséabonde. Faut oser le dire ces déchets y sont déposés par nous même soit directement soit indirectement en se payant les services des charretiers.

Transport…

Les routes sénégalaises sont le sommet de l’indiscipline dans ce pays avec ses lots de conséquences : accidents mortels, dégâts matériels, trafic bloqué pour ne citer que ceux-là. Les chauffeurs de transport en commun pour ne pas les appeler chauffards sont les plus indisciplinés avec leurs apprentis ou receveurs selon le moyen de transport. Parfois l’on se pose la question à savoir si ces personnes connaissent réellement la valeur de la vie humaine mais aussi la signification du mot respect ?

Langage/habillement…

Le langage sénégalais surtout celui des jeunes est devenu tellement outrancier et irrespectueux au point de se demander où sont passer ces valeurs cardinales que nous ont léguées nos ancêtres. Le respect du prochain et des adultes ont disparu du langage mais aussi des comportements juvéniles sénégalais au détriment d’un nouveau mode de vie emprunter à l’occident et qui est contraire à nos mœurs. Le mode d’habillement d’aujourd’hui est tellement extraordinaire car elle allie outrance et tendance au détriment de la pudeur. Exposer toutes ses parties intimes est devenu très banale au Sénégal et qui oserait s’y opposer serait taxer de « démodé ». Et finalement nous fermons tous les yeux jusqu’au jour où il sera trop tard.

Alors il est tant de revenir en arrière et de réadapter les valeurs que nous ont léguées nos aïeuls car ce pays nous appartient tous et personnes ni rien ne viendra d’ailleurs pour le construire à notre place. Donc un changement positif s’impose à tout un chacun.

Aliou Ngom (Stagiaire)