Incroyable ! un chef d’état en exercice condamné à 20 ans de prison

Désiré Bouterse, président du Surinam était jugé pour des assassinats commis pendant la dictature. Il dénonce un procès politique.

C’est en Chine qu’il a appris la nouvelle, vendredi dernier. Alors qu’il était en Asie pour une visite officielle, le président du Suriname, Désiré Bouterse, sur nommé Desi, a été reconnu coupable d’une série d’exécutions commises sous la dictature et connues sous le nom «d’assassinats de décembre».

De retour dimanche dans la capitale surinamienne, Paramaribo, il a immédiatement dénoncé un «procès politique». Il a été laissé libre de ses mouvements, le tribunal n’ayant pas demandé son placement en détention. Desi Bouterse entend maintenant organiser sa contre-attaque. Il a pour cela annulé un déplacement prévu dans la semaine à Cuba et a indiqué qu’il avait l’intention de faire appel de la décision. Il dispose pour ce faire d’un délai de deux semaines.

Crimes de la dictature

Desi Bouterse est aujourd’hui rattrapé par son passé. S’il occupe démocratiquement son poste de président depuis 2010, l’homme a un passé de dictateur. Cinq ans après l’indépendance de l’ex-colonie néerlandaise (1975) – située sur la côte nord-est de l’Amérique du Sud-, il prend le contrôle de la jeune République, porté par un coup d’État militaire mené par une junte de sergents. Le coup de force se retrouve en partie soutenu par la population. Les putschistes maintiennent le président Johan Ferrier à la tête de l’État, mais se débarrassent du premier ministre Henck Arron, qu’ils remplacent par Henk Chin A Sen. Mais le président Ferrier refuse de reconnaître le gouvernement de ce dernier, et Bouterse doit mener un second coup d’État pour l’évincer. Ferrier parti, il est remplacé par Chin A Sen, qui cumule les fonctions de premier ministre et de président.