Ultimate magazine theme for WordPress.

Khadim Ngom : « La corruption, un danger pour un État en construction ».

0

Par Khadim NGOM…Juriste-Chercheur

L’environnement politique de notre pays ne favorise pas une lutte efficace de la corruption. On n’est donc pas étonné de voir l’institutionnalisation de la corruption au Sénégal à telle enseigne que, les autorités politiques, l’employé municipal, le fonctionnaire administratif en passant par l’agent de police, le magistrat, le phénomène est si récurrent qu’il apparait comme normal. Chacun s’y livre sans aucun remords, sans une prise de conscience patriotique et demande sans vergogne sa part du gâteau oubliant qu’il est en train de s’accaparer des deniers publics et de compromettre l’avenir du pays..

Qu’elle soit « petite » comme celle pratiquée par les agents subalternes en parfaite collaboration avec leurs supérieurs dans l’administration publique, de la justice du pays s’adonnent à la grande corruption inspirant les citoyens, et contribuant ainsi par le phénomène social du mimétisme à instaurer une véritable « culture de la corruption ».

Ce qui est remarquable, c’est que plus on s’enlise dans ce tourbillon de la corruption, plus on est gagné par une manie et une boulimie corruptives nous délestant de notre dignité et de notre sens du patriotisme, car on oublie qu’on est nommé ou élu non pas pour se servir mais pour servir ses concitoyens.

Même ceux qui résistent à la tentative de la corruption sont soumis à une pression sociale et parfois politique insoutenable, car ils deviennent les parias d’un système mafieux qui ne tolère pas la droiture et la vertu.

La corruption est partout, elle crève l’œil des citoyens résignés et parfois complices de cette pratique immonde devenue par le laxisme de nos autorités un véritable fléau social.

En vérité si la corruption se développe tant au Sénégal, ce n’est pas seulement dû à la cupidité des corrompus, mais également aux laxismes des corrupteurs, car il n’y a pas de corrompus sans corrupteurs.

Toutes ces considérations sur la corruption doivent nous amener à dire que le combat contre ce phénomène ne doit pas seulement se limiter à la création d’organes ou institutions à l’image de la Commission Nationale de lutte contre la Non Transparence, la corruption et la concession (CNLCC) ou de dénonciation de cette pratique néfaste par des Organisations Non Gouvernementales tels que Transparency International, forum civil ; mais il doit passer par un changement en profondeur de nos habitudes , par une prise de conscience citoyenne du bien commun.

Certes, il est plus qu’important de promouvoir la transparence et la bonne gouvernance ; mais il faudra impérativement s’attaquer aux racines du mal à savoir le sentiment d’impunité dont jouissent les corrompus pouvant des formes aussi perverses que l’interventionnisme des religieux pour protéger leurs « vaches laitières », la pression des lobbies politico-économiques pour sauvegarder leurs « pourvoyeurs de fonds électoraux », par la « médiation pénale » pour ne pas éclabousser les parrains hauts placés de ce système corruptif et pour protéger ses arrières en cas de perte du pouvoir.

En paraphrasant les propos du Président Barack Obama, nous pouvons dire que la lutte contre corruption a plus besoin d’hommes que des institutions fortes, c’est-à-dire il faut ceux qui nous gouvernent donne l’exemple en terme de probité morale, de rigueur, de gestion des biens publics et qu’ils arrêtent d’entretenir une clientèle politique et électorale, qu’ils incitent le peuple dans leurs actes comme dans leurs propos au travail et gagner honnêtement leurs vies, qu’ils soient impitoyable dans la répression des personnes coupables de corruption de quelques bords qu’elles soient.

Tenant compte des enjeux liés à l’adaptation du dispositif institutionnel de lutte contre la corruption, le président de la république a initié́ des reformes telles que la réactualisation de la Cour de Répression de l’Enrichissement illicite, l’adoption de la loi portant Code de Transparence dans la gestion des finances publiques, la création d’un ministère de la promotion de la bonne gouvernance et enfin la création de l’Office National de lutte contre la Fraude et la Corruption.

La constance et la rapidité́ avec lesquelles ces instruments et institutions ont été́ mis en place renseignent sur la volonté́ politique pour l’instauration une culture d’intégrité́ dans la gestion des affaires publiques.

Mais pourquoi toujours le Sénégal est toujours dans la ligne rouge des pays les plus corrompus dans le monde?

Cette situation n’est-elle pas due à un problème de société ou, peut-être, le manque d’intégrité des hommes politiques?

Khadim Ngom.

Juriste-chercheur.

laissez un commentaire