Ultimate magazine theme for WordPress.

« La modification du code pénal ne vise pas les manifestations politiques »

0

Selon le député de la majorité présidentielle, Théodore Chérif Monteil, la « Modification du code pénal ne vise pas les manifestations politiques »

code
Théodore Cherif Monteil, député de Benno Bokk Yakaar

Invité du Grand Oral sur les ondes de la 97.5 Rewmi Fm, le parlementaire est revenu longuement sur la modification du code pénal et du code de procédure pénale adoptée par l’Assemblée nationale.

L’Assemblée nationale a voté le projet de loi modifiant le code pénal et le code de procédure pénale. Comment avez-vous analysé toute cette polémique qui a entouré le vote de ces projets de loi?

Je pense que la polémique qui a entouré le vote de la réforme du code pénal et du code de procédure pénale vient d’un malheureux malentendu. Parce que certains députés ont tenu un point de presse la veille du passage de ce projet de loi en plénière et ont introduit dans la tête des gens l’idée comme quoi ce projet de loi viserait à empêcher les manifestations politiques. Ce qui est absolument faux. Parce quand on regarde bien ce projet de loi, quand on le compare à l’actuel texte parce que la loi n’étant pas encore promulguée c’est l’actuel texte qui est toujours en vigueur et quand on le compare avec l’actuel texte les changements sont vraiment mineurs. Il y’a beaucoup de changements importants mais qui n’ont rien à voir avec des manifestants politiques.

Pouvez-vous nous donner donc les détails de ces changements ?

Quand vous le regardez, vous verrez à l’introduction même de l’exposé des motifs on parle de deux conventions des nations unies signées et ratifiées par le Sénégal. Il s’agit de la convention sur le droit de la mer qui vient introduire dans la nouvelle loi la notion de piraterie maritime. Et la convention des nations unies sur les crimes transfrontaliers qui vient introduire la notion de saisie de biens dans le blanchiment d’argent avec la mise en place d’un organe pour gérer ces confiscations. Parce que jusque-là, le Sénégal n’avait pas d’organe pour gérer les confiscations.

Lire la suite en cliquant ici

laissez un commentaire