Ultimate magazine theme for WordPress.

La situation au cimetière de Pikine est inquiétante

0

Il est 20h au cimetière municipal de Pikine.

On cherche d’éventuelles poches restantes

ou de « veilles » tombes où mettre en terre

03 dépouilles. Pour la quatrième dépouilles

qui quitte Notaire (Guédiawaye) et n’est pas

encore arrivée, elle attendra sans doute jusqu’à

demain dans la morgue du cimetière. On cherchera où l’inhumer. Aujourd’hui on a enterré

22 personnes dans ce cimetière déjà plein.

Je rappelle que le titre foncier DP-50 mitoyen

au cimetière s’étend sur 12,7 hectares. Il

appartient à l’État du Sénégal.

Mais, des prédateurs fonciers sont en train de se le partager sans réaction de l’administration locale.

11.000 m2 en ont déjà été soustraits illégalement,

entre un hangar de 2818 m2 construit par le

député maire de Keur Samba Kane Ibrahima

Khalil Fall, à qui cette parcelle a été prête à titre

PRÉCAIRE et RÉVOCABLE. Mais le sieur qui avait

déclaré y développer du maraîchage, s’est

débrouillé avec des agents des impôts et

Domaines pour transformer ce titre en bail en

2017. Voilà, il a construit un hangar qu’il loue à

1.000.000 frs / les 600 m2. Pendant ce temps,

Pikine superpose ses disparus. Le reste des

11.000 m2, c’est 8182 m2 où des particuliers ont

illégalement construit 46 maisons, correspondant

à ce que dans la zone on appelle

« Quartier Peul Fouta ». Beaucoup de ces

constructions portent la marque « Arrêt Descos ».

Mais les gens remblaient la nuit et construisent les

week-end.

Outre ces 1,1 hectare bâti, il y a un nommé

Cheikhou Sall qui s’est débrouillé lui aussi, on ne

sait pas comment, pour faire main basse sur

02 hectares (20.000 m2).

Et ce n’est pas tout, parce à notre rencontre le 28 juin 2021 avec le sous-préfet de

Pikine-Dagoudane, ce dernier a brandit une liste de

27 parcelles vendues/achetées sur le site, avec les

noms des vendeurs et des acquéreurs. Il n’a pas

voulu nous donner des détails. Je lui ai posé la

question : « Sëriñ bi yaw ndax dangaa am terrain

ci barab bi ? ». Il a brandi la photo de son enfant

de 07 ans ou 07 mois, je ne me rappelle plus, pour

jurer qu’il n’a pas de terrain là-bas. « Et ton

prédécesseur ? », il a répondu : « Le connaissant,

je peux dire que je suis à 90% sûr qu’il n’a pas non

plus un terrain là-bas ». Hum 90% n’est pas 100%.

En tout état de cause, je lui ai clairement signifié

que les investigations qui nous ont permis de

savoir pour les prédateurs que avons identifiés

plus haut, nous allons les continuer. Et képp ku sàcc sunu suuf, nous allons CRIER son nom

partout. Te dina nu ko foqarti ci nii wala ci nee.

Amul menaces mystiques, amul leneen.

Lenn rekk : #SamaSuufMaYokkSamaArmeel

 

Par Daouda Gueye

laissez un commentaire