Le ministre Cheikh Oumar Hanne pris à son propre piège

Le 05 septembre dernier, lors d’une conférence de presse, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Cheikh Oumar Hanne prenait la décision d’orienter tous les bacheliers dans les universités publiques. Pour l’année 2019-2020, ce sont donc plus de 50.000 bacheliers qui doivent être orientés dans le public par l’Etat. Cette décision du ministre de l’Enseignement supérieur, Cheikh Omar Anne était dans le but de réduire la dette du gouvernement aux universités et instituts privés. En effet le ministre venait de mettre fin au partenariat entre l’Etat et les partenaires privés. Et cette rupture du partenariat Etat-universités privées a été une « erreur à ne pas commettre ». C’était l’avis de l’ancien chef de cabinet du président de la République, Moustapha Diakhaté qui a ajouté qu’ « il était plus judicieux pour le gouvernement, d’intégrer le nouveau dispositif dans l’enseignement supérieur sénégalais ».

Mais rien n’y fit. Le gouvernement n’a pas écouté Moustapha Diakhaté car d’un autre côté, les établissements privés avaient même pris la décision de ne plus accueillir les bacheliers de l’année 2019-2020. Tout au début le ministre s’en réjouissait : « Conformément à la décision du gouvernement d’orienter l’ensemble des nouveaux bacheliers 2019 dans les établissements publics de l’enseignement supérieur, à ce jour, sur les 57 130 nouveaux bacheliers, 52 221 ont déjà effectués leur inscription sur la plateforme Campusen », a déclaré M. Anne.

Pris au piège

Aujourd’hui le ministre semble pris à son propre piège. Les universités sont bondées. Et le ministre force les rectorats à accepter plus d’étudiants au-delà de la capacité d’accueil. Conséquence : les étudiants se révoltent comme c’est le cas à Saint-Louis. La coordination des Etudiants de Saint-Louis (CESL) dénonce : « Aujourd’hui, la volonté des autorités, c’est d’orienter plus 5000 nouveaux bacheliers à l’université Gaston berger, tout en faisant fi des conditions catastrophiques d’accueil et de la requête de l’assemblée de l’université de n’en orienter pas plus de 2000 étudiants ». Et cette situation est la même à l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ) et à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Du côté de Saint-Louis La CESL maintient son mot d’ordre de grève illimitée…Et l’UCAD et l’UASZ risquent de suivre aussi ce mot d’ordre de grève. Une rentrée mouvementée attend le ministre Cheikh Oumar Hanne.

La rédaction de xibaaru