Le président Macky a-t-il besoin de la défense de ses ministres…?

Des ministres accusés souvent de traîtres : Par quelle façon défendre le Chef de l’Etat Macky Sall ?

A l’encontre de certains ministres du gouvernement actuel de Macky Sall, les accusations ne cessent de pleuvoir. Leurs détracteurs ont toujours la même rengaine, surtout quand ils sont dans le camp présidentiel. C’est de les accuser de ne rien faire pour défendre le Chef de l’Etat Macky Sall face aux attaques de son opposition.

On dirait que la chanson est restée la même. Au Sénégal, dans le camp du pouvoir, lorsqu’on a des ambitions ou qu’on a des comptes à régler avec certains ministres, on commence d’abord par les accuser en soutenant qu’ils assistent passivement aux attaques menées à l’encontre du Chef de l’Etat par l’opposition. « Qui veut tuer son chien, l’accuse de rage » ! Une fois que le tour est joué, on s’en met à réclamer le remaniement du gouvernement.

Une autre astuce est trouvée par tous ceux qui veulent la peau de certains ministres, c’est de leur coller l’étiquette qu’ils lorgnent le fauteuil présidentiel. La marque la plus garantie pour conduire certains ministres à l’abattoir. Sous le régime du Président Macky Sall, certains ministres, des personnalités, sont accusés à tort de garder un agenda secret pour 2024. Que de campagnes de mensonges, de dénigrements, menées pour déstabiliser des autorités dans ce pays.

Le comble, c’est que, on peut toujours demander en retour à tous ceux qui accusent des personnalités de ne pas défendre le Chef de l’Etat, qu’ont-ils fait de leur côté allant dans ce sens ? Qu’appellent-ils réellement défendre le Chef de l’Etat ? Est-ce, se lever, faire une sortie dans la presse pour taxer Guy Marius Sagna de « menteur » ou encore Ousmane Sonko de « rancunier » quand ces derniers s’en prennent au régime, que l’on pense que c’est de cette manière que l’on défend le Chef de l’Etat Macky Sall.

La défense du Chef de l’Etat se traduit plus en actes pour tous ses collaborateurs. C’est d’abord, être à l’écoute constamment des populations en restant proches d’elles, et d’apporter des réponses à leurs doléances. « Kuy dooré, moo mun kuy saaga » (Plus des actes que la parole).

La rédaction de Xibaaru