Ultimate magazine theme for WordPress.

Mêmes limogés, les anciens ministres sont…critiqués, accusés et vilipendés

0

Ces anciens ministres continuent à faire peur…après leur sortie du gouvernement

Pourquoi les ex ministres limogés du gouvernement font-ils encore peur ? Depuis leurs départs du gouvernement, Amadou Ba, Aly Ngouille Ndiaye, Mouhamadou Makhtar Cissé, Oumar Youm, chacun vaque tranquillement à ses préoccupations comme si rien n’en a été. Ils dégagent l’image d’hommes d’Etat. Malgré tout, cela fait peur dans le camp de leurs adversaires qui ont mené toutes sortes de campagnes pour les faire limoger du gouvernement.

Il faut dire que même le calme qu’ils dégagent en ce moment, dérange leurs adversaires politiques qui auraient voulu qu’ils se mettent à se ranger du côté de l’opposition après leurs limogeages du gouvernement, afin de facilement continuer leurs campagnes de dénigrement contre eux auprès du Chef de l’Etat. Seulement, ils ne leur offrent pas cette opportunité. Qu’est-ce qui reste aux faucons du Palais qui cherchent définitivement à les achever ? Rien que de poursuivre leurs campagnes d’intox contre ces hommes d’Etat.

Les ex ministres, Amadou Ba, Aly Ngouille Ndiaye, Mouhamadou Makhtar Cissé, Oumar Youm restent toujours victimes d’attaques perpétrées contre eux par des politiciens, des activistes ou encore des journalistes qui veulent solder des comptes. Les exemples. Amadou Ba est victime d’attaques basses et sournoises sur une affaire de constructions de sa belle-famille. Des attaques non fondées. A Aly Ngouille Ndiaye qui vaque librement à ses préoccupations, à savoir son champ ainsi que la mairie de Linguère, il est soupçonné d’éventuels coups bas contre le régime.

Décidément, il faut toujours chercher et trouver des poux dans la tête de l’adversaire. Devinez quoi ? L’ancien ministre, Oumar Youm est tout simplement accusé de vouloir faire cavalier seul hors de l’Alliance pour la République (APR – parti présidentiel). « Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de rage ». Un adage bien connu.

Quant à Mouhamadou Makhtar Cissé qui continue toujours de hanter le sommeil de certains, il est l’objet d’une campagne grossière de la part du Président du Conseil d’administration (PCA) de SENELEC sur 1300 emplois. Mon Dieu ! Où se trouvait le Conseil d’administration de SENELEC, lorsque Mouhamadou Makhtar Cissé procédait à tous ces 1300 recrutements ? 1300 recrutements, ce n’est pourtant pas une mince affaire ? Le mensonge devient trop grossier.

L’on peut s’interroger sur la pertinence de toutes ces attaques. Les nullards ont-ils peur des retours des grosses têtes qu’ils cherchent toujours à salir ?

La rédaction de Xibaaru

laissez un commentaire