Les films « atlantique » de Mati Diop et « 5 étoiles » du journaliste Mame Woury Thioub sacrés à Tunis

La trentième édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), session Néjib Ayed, a livré, samedi, son palmarès avec le sacre de deux films sénégalais, notamment ’’Atlantique’’ de Mati Diop qui reçoit le Tanit d’argent et le prix de la meilleure musique et ‘’5 ETOILES’’ de Mame Woury Thioubou, lauréat du Tanit de bronze, a constaté l’APS.

Pour le producteur du film ‘’Atlantique’’, Oumar Sall, cette double distinction ‘’sans doute la plus importante’’ a une signification particulière parce que, souligne-t-il, ‘’c’est la reconnaissance africaine du film’’.

Il se dit ‘’heureux et fier’’ de cette performance du film. ‘’C’est une joie incommensurable d’autant plus que comme je le dis souvent, le Sénégal a été le premier à croire à ce film’’, lance-t-il.

Le directeur général de la maison de production ‘’Cinékap’’ a salué le jury, qui s’est approprié le récit du film ‘’Atlantique’’, rendant hommage à la jeunesse africaine vivante et à celle disparue en mer. ‘’L’Afrique doit davantage produire et voir ses images’’, lance Oumar Sall.

Il s’exprimait en présence des acteurs du film Amadou Mbow, Ibrahima Traoré et Mame Bineta Sané, contents eux aussi.

Selon la cinéaste Mame Woury Thioubou, lauréate avec son film ‘’5 Etoiles’’ du ‘’Tanit de bronze’’ dans la catégorie court métrage documentaire, ‘’cette récompense est une surprise’’.

‘’Beaucoup de plaisir, d’honneur et de fierté surtout que le jury ait choisi mon film +5 Etoiles+. J’avoue que je ne m’y attendais pas, mais c’est une grosse surprise et un immense bonheur’’, apprécie-t-elle.

Le podium final de cette année est 100% féminin avec trois réalisatrices sacrées.
Il s’agit de la cinéaste tunisienne Hinde Boujemaa qui a remporté le Tanit d’or avec son film ‘’Noura rêve’’, le Tanit d’argent avec ‘’Atlantique’’ de Mati Diop et le Tanit de bronze pour la réalisatrice saoudienne Shahad Ameen avec son film ‘’Scales’’.

‘’Le Tanit d’or a été choisi presque unanimement avec un jury divers (Japon, Algérie, Tunisie, Zimbabwe, Franco-sénégalais) touché par ce film qui s’est imposé tout seul’’, a expliqué à la fin de la cérémonie le président du Grand jury, le franco-Sénégalais Alain Gomis.

Selon lui, le jury a essayé de donner à ce palmarès ‘’une couleur de diversité cinématographique et on s’est rendu compte à la fin, sans le désirer, qu’on a trois femmes, cela n’a pas été fait exprès, les films se sont imposés d’eux-mêmes’’.

Il y a eu, précise-t-il, ‘’d’abord un film tunisien narratif, celui de Mati Diop +plus artistique+ et un Tanit de bronze sur quelqu’un de prometteur qui fait une proposition forte, c’est le film saoudien qui est un conte. On n’attend pas toujours ce genre de film venant d’Arabie Saoudite’’.

La cérémonie de clôture des JCC2019, session Néjib Ayed, a été présidée par le ministre tunisien des Affaires culturelles, Mohamed Zinelabidine, à la cité de la culture.