Complot contre Amadou Ba…Des politiciens et des journalistes à l’œuvre

Bataille de succession : Amadou Ba, objet de toutes sortes d’accrochages

L’adage est largement connu. Sous tous les cieux, tout le monde répète que « quiconque veut tuer son chien l’accuse de rage ». S’il y a quelqu’un au sein de la mouvance présidentielle, qui fait l’objet d’un matraquage au sein de la presse, c’est bien l’ancien ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur. On aurait voulu acheter la plus petite des bougies qu’on l’accuserait d’avoir brisé celle-ci en deux. Pourquoi pas en trois, pendant qu’on y est ? Amadou Ba est accusé de tous les péchés d’Israël.

Qu’on le veuille ou non, Amadou Ba est la cible d’une certaine presse, celle-là moribonde, qui aurait cessé d’exister si lui-même aurait cessé d’exister. Pourquoi tant de hargnes à chercher à lui porter l’ambition de lorgner le fauteuil du Président de la République, alors que lui-même, aussi bien dans ses actes que dans ses paroles n’a jamais manifesté un tel désir. A Amadou Ba, il faut lui reconnaître de s’être investi sur le terrain, non seulement aux Parcelles assainies, son fief électoral, mais également partout à Dakar, à travers le Sénégal, pour la réélection du Président de la République lors de l’élection présidentielle de février 2019 dernier. Amadou Ba avait su mener à merveilles dans tous les coins de Dakar, une campagne de proximité en compagnie de la Première Dame, Marième Faye Sall. Pourquoi donc, s’acharner sur sa personne ? Ensuite, quel peut-être le rôle de la presse, si celle-ci se voit jouer un rôle de combat de bas étage, tout simplement pour chercher à nuire ou à détruire un homme, au profit mesquin d’hommes tapis dans l’ombre, et qui roulent pour des intérêts inavoués.

Il reste une manœuvre cousue de blanc. Les Sénégalais sont loin d’être nés de la dernière pluie. Parce que tout simplement jusqu’ici, nul n’a entendu Amadou Ba déclarer une quelconque ambition présidentielle. Le Chef de l’Etat, Mqcky Sall est à même de savoir, qui, au sein de la mouvance présidentielle cherche à lorgner son fauteuil tout en voulant coûte que coûte salir tous ceux qui peuvent les empêcher de tourner en rond. Au Sénégal, il est facile de créer des crises.

La rédaction de Xibaaru