« L’Institut Pasteur de Dakar peut réaliser 2000 tests par jour » (Amadou Alpha Sall)

Docteur Amadou Alpha Sall, directeur de l’Institut Pasteur de Dakar, invité de l’émission Jury Du Dimanche,  a confié que l’IPD avait la capacité minimale de réaliser 2000 tests par jour. Une capacité qui n’est toujours pas atteinte. S’il en est ainsi, a-t-il expliqué, c’est parce que les autorités sanitaires, qui font la commande, ont adopté une approche graduelle. « La capacité dépend en partie de la commande. Nous n’avons pas des capacités illimitées. Mais, nous avons une capacité et une expérience qui nous permettent, s’il y a une demande qui le justifie, d’augmenter le nombre de tests. Il nous est arrivé de faire 1800 tests et de rendre les résultats dans la journée. C’est une question d’organisation et d’adaptation », a noté Docteur Sall qui précise que : « l’essentiel des tests est gratuit ». Cette gratuité se justifie par le fait que le gouvernement l’a voulue. Mais aussi, parce que, l’IPD a mené des stratégies qui lui ont permis de lever des fonds auprès de ses partenaires.

À la question de savoir, pourquoi on ne fait plus de test ? La réponse du Dg de l’IPD est sans ambages : « Au début, le choix était de tester tout le monde, c’est-à-dire, les cas suspects, leurs contacts, etc. Mais, nous avons remarqué, jusqu’au mois de juin, qu’on testait beaucoup avec un taux de positivité relativement faible avec une majorité assez asymptomatique. Ce qu’il faut savoir, c’est que, si les gens sont assez asymptomatiques, ils transmettent beaucoup moins. C’est facile à comprendre dans la mesure où, une personne qui ne tousse pas, ne projette pas le virus. Une personne qui n’éternue pas, projette moins de virus. De ce point de vue-là, dans un contexte où, il est extrêmement important d’aller vite, se concentrer sur les gens qui ont des symptômes, les tester et utiliser ces personnes, voir les contacts qui sont autour d’eux et qui présentent des facteurs de risques, est une stratégie pour contenir rapidement les choses et éviter de tester beaucoup pour rien », a-t-il dit sur les ondes de la Iradio.