Ultimate magazine theme for WordPress.

Macky crée un autre monstre…Moustapha Cissé Lô

Les monstres politiques de Macky dont le dernier Moustapha Cissé Lô dit El pistolero
1

Ecarté de l’APR et du Groupe parlementaire BBY ; Moustapha Cissé Lô devient plus dangereux.

Après avoir créé ses propres monstres politiques, Karim en 2013, Sonko et Khalifa en 2017, Macky Sall vient de libérer deux nouveaux monstres dans l’arène politique: Moustapha Diakhaté libéré de ses chaînes en 2019…Et Moustapha Cissé Lô, lâché dans la nature en ce mois de juillet 2020…

Exclu des rangs de l’Alliance pour la République (APR) et du Groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar (BBY), Moustapha Cissé Lô peut-il être plus dangereux pour ses désormais anciens camarades ? Aura-t-il toujours gardé toute sa capacité de nuisance ? L’ancien Président du Parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est reconnu pour être un va-t’en guerre. Face à ses adversaires, il ne baisse jamais les armes.

Moustapha Cissé Lô est décrit comme un « guerrier » qui n’a pas sa langue dans sa poche. « Vous ne m’empêcherez pas de parler et de dénoncer vos magouilles », a-t-il lancé à ses anciens camarades. Moustapha Cissé Lô promet de continuer à parler. Et c’est toute la République qui se met à trembler. Il est comme un monstre qui est libéré. Un monstre qui risque de détruire l’APR.

Qui va l’empêcher maintenant de faire d’autres révélations, les unes plus croustillantes que les autres ? Il faut s’attendre à ce qu’il sorte tous les cafards qu’il y a dans la maison APR. Et, ce sont les partis de l’opposition ainsi que les activistes qui s’acharnent sur le régime du Président Macky Sall qui vont s’en frotter les mains.

Des déballages, c’est sûr qu’il y en aura dans les prochains jours. C’est pourquoi, ceux qui pensent qu’il vaut mieux ainsi l’isoler en l’excluant des rangs de l’APR et du Groupe parlementaire BBY, se trompent lourdement. Isolé, il devient encore plus dangereux. Ses foudres vont s’abattre sur beaucoup parmi ses anciens camarades.

La rédaction de Xibaaru

Afficher les commentaires (1)