Ultimate magazine theme for WordPress.

Mamadou Beye : « La courte marche vers le pouvoir »

0

En Chine, Mao Tse Toung a fait la longue marche. Elle a coûté ce qu’on sait. Elle a abouti à la prise du pouvoir par les représentants du peuple après de multiples sacrifices.

Au Sénégal, Wade a fait la longue marche à sa manière en passant 25 ans dans l’opposition contre un pouvoir néocolonial (Senghor – Diouf) sans compter ses années de braise dans le mouvement des jeunesses estudiantines en France. Cela l’a conduit au pouvoir au début du 21ème siècle. Il a pensé qu’il méritait à juste titre d’être à sa place. Il a surtout pensé que le Sénégal était son titre foncier et que l’exercice du pouvoir était sa récompense. Il a été perdu justement par un excès de pouvoir, une forte implication de son clan familial, et surtout par un appétit grandissant d’un entourage nouveau-riche fortement arc-bouté à ses privilèges. Des opportunistes, des arrivistes, de faux-amis, des incompétents, et qu’en sais-je encore ? Il a gouverné avec ce clan hétérogène perméable aux pressions exogènes des puissances occidentales. Le peuple sénégalais en a souffert. L’obsession de la monarchisation du pouvoir a précipité sa chute. Il est revenu malgré son âge dans l’opposition pour terminer sa longue marche, ininterrompue et par étapes. Seulement, la dernière étape consiste à placer son fils sur une station qu’il juge prédestinée.

Pour cela, il faut s’appuyer sur un certain Ousmane Sonko, ce fonctionnaire incorruptible, fabriqué par un pouvoir incompétent, comme une ‘alternative à l’alternance’. Le phénomène Ousmane Sonko doit être analysé comme une nouvelle façon de faire de la politique. Sonko a embarqué les jeunes dans son style direct, moderne et simple, véridique et téméraire. Il exploite au maximum les réseaux sociaux (fb,YouTube, Instagram,Twitter…). Les jeunes accèdent à ses communications sans bourse délier contrairement aux autres qui continuent à utiliser les canaux classiques (radio, tv, journaux, meeting…) qui nécessitent des moyens colossaux. Il canalise les mécontentements et les frustrations des jeunes face à l’arrogance et l’injustice du pouvoir. Il montre comment refuser et contrer les intrigues des gens d’en face.

Contrairement à Wade et à MAO, il fait la courte marche vers le pouvoir. Il est avec la jeunesse spontanée et ils sont pressés. Bien que les moyens légaux sont utilisés, ils (Sonko et ses jeunes) n’hésiteront pas à franchir le pas de la confrontation directe pour arracher les droits qui leur seront confisqués.

YEWWI a explosé le pouvoir aux élections locales. Ce dernier ne l’a pas vu venir.

Yewwi a confirmé aux législatives malgré les nombreuses manipulations du pouvoir sur la validation des listes avec le Parrainage. Le pouvoir de Macky Sall n’a pas tiré les bons enseignements de la déroute des locales. Tant sur les hommes, pour la plupart des perdants, que sur les thèmes et méthodes de campagne qui sont identiques à ceux utilisés par les Senghor et Diouf, dans la préhistoire de notre démocratie. La campagne législative de BBY est fondée sur les réalisations du président en matière d’infrastructures. Donc une campagne présidentielle pour un homme qui n’a pas la légitimité constitutionnelle de briguer un 3ème mandat. Un 3ème mandat qui fait honte à l’Afrique, comme en Guinée et en Côte d’Ivoire. Et c’est justement le spectre de ce 3ème mandat, porté par des perdants (Mimi Touré, Idrissa Seck, Bamba Fall, Amadou Ba, …) que les Sénégalais (surtout les jeunes) ont sanctionné.

Et Wade avec le Wallu a su s’associer avec Yewwi de Sonko pour revenir au-devant de la scène.

Mais attention, cette inter-coalition est majoritaire et fragile dans la mesure où Wade n’hésitera pas à s’allier au Diable pour légitimer son fils, le faire revenir pour le pouvoir. Il ne vit que pour cela.

Sonko doit faire très attention. Dans la politique, il n’y a pas d’amis mais seulement des intérêts. Un fils spirituel ne remplacera jamais un fils biologique. Idrissa Seck l’a appris à ses dépens.

La future composition de l’assemblée n’est pas gagnée d’avance.

Que Dieu nous préserve des politiciens véreux et de leurs tours diaboliques.

Mamadou BEYE

Citoyen, observateur

laissez un commentaire