Moustapha Diakhaté : « Macky utilise dangereusement la crise sanitaire »

Coup d’état d’urgence sanitaire : avec la covid-19, le Sénégal passe de l’Etat de droit au droit de MACKY SALL…Par Moustapha Diakhaté

 

Pour accroitre ses pouvoirs, déjà exorbitants, le Président Macky Sall est en train d’utiliser la crise sanitaire de la covid-19 pour se passer de l’état de Droit et instaurer un Droit du Président de la République.
Profitant des heures tragiques que vit notre peuple, des peurs des sénégalais, le Président Macky Sall utilise dangereusement la crise sanitaire pour restreindre de façon illégale nos libertés Individuelles et collectives.
Aucune Loi de la République ne donne à un gouverneur de régionle pouvoir d’interdire la circulation des personnes et des biens, de 21h à 5h du matin.
Cette mesure est une violation de la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, du traité instituant la Cedeao et de la constitution du Sénégal.
La libre circulation des biens et des personnes sur l’ensemble du territoire sénégalais est à la fois un droit international, communautaire et constitutionnel.
Danse cet ordre, l’article 11 de la constitution dispose explicitement : « Tous les citoyens de la République ont le droit de se déplacer et de fixer librement sur toute l’étendue de la République du Sénégal. Ce droit ne peut être limité que par la loi. Nul ne peut être soumis à des mesures de sûreté sauf dans les cas prévus par la loi. »
C’est une voie de fait, le couvre-feu des gouverneurs de Dakar et Thiès car n’étant pas autorisés par le Président de République directement ou par délégation dans le cadre d’un régime d’exception prévu par une loi.
Depuis le 17 janvier 2021, aucun régime d’exception n’est en vigueur au Sénégal dans la mesure où le décret instituant l’état d’urgence a cessé d’être en vigueur car n’ayant pas été prorogé par l’Assemblée nationale et que la nouvelle loi d’urgence sanitaire, même anti constitutionnelle, modifiant celle relative à l’état d’urgence et à l’état de siège n’est pas encore promulguée.
L’asservissement de l’Assemblée nationale et des populations au Président et à l’administration devient de plus en plus patent et chacun devrait s’en inquiéter.
Hélas avec la passivité des populations, le mouvement liberticide parait bien engagé par le Président de la République et son Ministre-Procureur.
Ce qui fait le plus de mal dans la dérive totalitaire du Président de la République c’est le coté moralisateur utilisé pour justifier ses forfaits.
Le Président Macky Sall et Monsieur Antoine Diome, son nouveau Charles Pasqua, nous disent qu’ils ne font tout ça que pour nous protéger des virus présents dans les régions de Dakar et Thiès et qui circulent curieusement la nuit.
Vive la République !
Vive le Sénégal !

 

Moustapha Diakhaté