Moustapha Fall : « Mieux vaut laisser les étudiants là où ils sont (Chine) »

POUR DISSIPER LA TERREUR « CORONAVIRALE » (Par Mamadou Moustapha FALL)

Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de santé (Oms) est alertée de plusieurs cas de pneumonie dans la ville de Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine. La franche collaboration entre l’Oms et les autorités chinoises a permis d’en savoir un peu plus sur ce nouveau virus, rebaptisé « Covid-19 », une appellation choisie notamment parce qu’elle est facile à prononcer dans beaucoup de langues. “CO” signifie corona, “VI” virus et “D” a été choisi pour “desease” (maladie en anglais). Le chiffre 19 indique l’année de son apparition (2019). Avec pour objectif mettre en œuvre des mesures efficaces, des centaines de scientifiques se sont ainsi réunis à Genève, les 11 et 12 février 2020, pour harmoniser la riposte face à l’épidémie. Selon le quotidien Le Monde, l’Oms estime en effet qu’il est encore temps de contenir l’épidémie sur le territoire chinois, où sont concentrés 99 % des 60 335 cas confirmés et, à une exception près, de la totalité des 1 369 décès recensés au 13 février 2020. Face à ce fléau qui frappe de plein fouet la Chine, la communauté internationale se mobilise donc. Et le Sénégal n’est pas en reste.

Le Sénégal, qui compte treize étudiants présents dans la ville de Wuhan (il s’agit de douze étudiants rejoints par un autre qui était parti en vacances et retenu dans la localité à cause de la mise en quarantaine), a pris toutes les mesures à sa portée pour faire face à cette situation. Dès le début de l’épidémie, le président Macky Sall a, en toute responsabilité, envoyé à chacun de nos treize jeunes compatriotes un appui mille dollars chacun pour les aider à prendre des mesures conservatoires, non sans les assurer de tout le soutien du Gouvernement. Les autorités sanitaires, diplomatiques, portuaires et aéroportuaires ont également mis en place un dispositif pour parer à toute éventualité car le Sénégal, par sa position géostratégique, attire beaucoup de personnes.

C’est le lieu de saluer la célérité avec laquelle lesdites autorités ont pris à bras-le-corps le péril. D’ailleurs, le ministre des Affaires étrangères Amadou Bâ, le ministre de la Santé et de l’Action sociale Abdoulaye Diouf Sarr, le secrétaire d’Etat chargé des Sénégalais de l’extérieur Moïse Sarr, l’ambassadeur du Sénégal en Chine Mamadou Ndiaye, entre autres, sont en contact permanent avec les étudiants et leurs parents pour les rassurer et veiller sur leur sécurité. Loin, très loin du tintamarre de gens mus par la seule volonté de jeter le discrédit sur tout et sans raison.

On ne peut pas, en effet, ne pas être outré par la fourberie et la mauvaise foi de certaines personnes qui ne mesurent aucunement la gravité de la situation et le caractère sensible des propos relatifs à la question de l’épidémie du « Covid-19 ». Disons non à la manipulation sordide orchestrée par ces manipulateurs qui veulent se faire une santé politique sur le dos des étudiants et de leurs parents qui ont besoin d’être rassurés et encouragés. Faisons confiance à notre système sanitaire et sécuritaire. Comme l’affirme Dr Amadou Sall, administrateur général de l’institut Pasteur de Dakar, « le Sénégal a un système performant de surveillance des épidémies. » Selon lui, l’institut Pasteur de Dakar a reçu « mandat de l’Oms pour réaliser des tests sur les cas de coronavirus de tous les pays de l’Afrique de l’ouest ».

Le président Macky Sall, premier protecteur du peuple,  garde, permanent, le contact avec les autorités chinoises pour une bonne prise en charge des Sénégalais de Wuhan qui, rappelons-le, sont tous en bonne santé et en toute sécurité. Pourquoi alors envisager un rapatriement à partir d’une ville mise en quarantaine, difficile d’accès et épicentre de l’épidémie ? Les propos de l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Sénégal, Zhang Xun, ne laissent pas de place au doute sur la nécessité de maintenir le statu quo, plus sûr et plus conséquent : « Le rapatriement n’est un pas un choix prioritaire, ni impératif. Les étudiants sénégalais à Wuhan sont en bonne santé. Ils ont accès à Internet, peuvent aller faire des courses au supermarché, et leurs repas sont désormais gratuits. Nous garantissons leur santé et sécurité, et prenons soin d’eux comme de nos propres enfants. Cependant, nous veillons au respect des consignes énoncées par les autorités locales et l’Oms. »

Il est clair que les étudiants sont entre de bonnes mains, le contact avec la mère patrie est effectif, le Gouvernement veille. Que demander de plus ? Sinon savoir raison garder et leur apporter solidarité et réconfort. Mieux vaut laisser les étudiants là où ils sont en toute sécurité que d’envisager un rapatriement risqué.

Mamadou Moustapha FALL,

Conseiller au Fonds d’appui à l’investissement des Sénégalais de l’extérieur (Faise),

Coordonnateur de la Cellule républicaine d’information et de communication (Cric)