Ultimate magazine theme for WordPress.

Nicolas Bassene : « Les candidats fourre-tout risquent d’empirer la pauvreté dans nos collectivités territoriales »

0

LOCALES 2022, LES CANDIDATS FOURRE-TOUT RISQUENT D’EMPIRER LA SITUATION DE PAUVRETE DANS NOS COLLECTIVITES TERRITORIALES.

2014, un tournant important de la décentralisation au Sénégal avec l’acte 3. La vision de cet acte est « Organiser le pays en territoires viables, complétifs et porteurs de développement durable à l’horizon 2022 » avec pour objectif de renforcer la décentralisation et la territorialisation des politiques publiques, en vue de donner une plus forte impulsion au développement des terroirs. Sur ce, les collectivités territoriales placent au cœur de leurs nouvelles approches la notion d’émergence.

Aujourd’hui, vu les têtes de liste investies pour les élections locales du 23 janvier 2022, nous assistons à un fourre-tout de candidatures qui accentuera l’état déjà dégradant de pauvreté dans nos communes.

Le développement local est d’abord porté par des hommes et des femmes aux compétences avérées en développement et qui sont capables de mettre en place des politiques utiles et adaptées pour sortir leurs concitoyens de la misère et de transformer en profondeur la localité pour un meilleur bien-être. Ce qui fait que développer une localité n’est ni jeu ni hasard, ce n’est aussi ni une affaire de gestion de nawétane, de cogne…c’est plus sérieux.

Aujourd’hui, vu les candidatures éhontées de plusieurs hommes et femmes dans beaucoup de localités, l’endurcissement de la pauvreté est attendue. Comment pouvez-vous comprendre des personnes s’activant dans le nawétane (football amateur) se prédisent et prétendent être des hommes de développement ? Le football est devenu un haut lieu d’accaparement pour tenter de se hisser au sommet « ses acteurs-dirigeants » à la gouvernance locale sans aucun bagage solide en développement.

On ne peut traiter de la question de développement local sans se référer à la notion de ressources humaines. En effet, les ressources locales sont considérées comme un levier du développement territorial. Ainsi, Lévy et Lussault (2003) définissent la ressource humaine comme une réalité entrant dans un processus de production et qui est incorporée dans le résultat de celui-ci, c’est-à-dire comme un moyen qui sert à satisfaire les besoins et à créer de la richesse.

La création de la richesse est tributaire de la qualité des dirigeants locales, de leur savoir-faire et de leur expertise pour développer la localité. Par conséquent, il est indéniable qu’une ressource humaine qualifiée est primordiale à toute démarche développante d’une collectivité territoriale.

Or, plusieurs candidats sont là n’ont pas parce qu’ils ont ce savoir mais qu’ils mettent leur intérêts personnels au-devant sous le pseudo d’être là pour la population. Ainsi, nous ne serons pas surpris que ces fourre-tout de politiciens nous présentent des programmes de sociétés qu’ils n’ont ni maitrise ni connaissance.

Et lorsqu’une chose est conçue sans que tu aies une réelle connaissance de comment ça fonction, comment pensez-vous et pouvez-vous la mettre en œuvre ? C’est suicidaire !

In fine, assurer une bonne articulation entre les forces des acteurs locaux, valoriser et mobiliser les ressources territoriales ainsi que la prise en compte des initiatives locales sont des pratiques fondamentales dans la construction des territoires viables et dans leur développement est le fruit d’un très bon casting dans le choix d’hommes et de femmes ayant un savoir-faire en développement local.

 

Nicolas Silandibithe BASSENE

laissez un commentaire