plage: Un lieu de loisir pour certains et d’autres leur bonheur de petit commerce…


La plage dite de la BCEAO, située derrière le centre aéré de Yoff, fait partie des plus counnues et plus réputées à Dakar avec celle de Ngor.

Elles sont fréquentées par de nombreuses personnes venues en famille ou qui se retrouvent entre amis, une occasion de s’adonner à différents loisirs d’été ou simplement déguster un bon poisson grillé les pieds dans l’eau, en toute décontraction.

Sur un transat, une natte à même le sol ou à l’ombre d’une jolie paillote, pour compléter l’image du vacancier.

A côté de toutes ces personnes qui viennent pour profiter du soleil ou se rafraîchir, d’autres s’emploient à écouler divers types d’articles indispensables pour agrémenter les journées de plage.

Khadim Ndiaye, vendeur de maillots de bain à la plage de la BCEAO, semble avoir tout le temps devant lui, adossé sur une chaise, à l’affût de clients qui viennent petit à petit s’acheter des tenues de baignade.

La plage à ses yeux est le meilleur endroit pour vendre de telles tenues, une activité qui n’est pas sans contraintes quelquefois, notamment quand il pleut.

’’La vente se passe bien et les gens achètent bel et bien les tenues même si parfois avec la pluie, la plage est un peu déserte, ce qui fait que les clients se font rare », indique le jeune homme.

Non loin, Cheikh Tidiane Guèye, qui vend des deux pièces, se trouve engagé dans une pleine discussion avec ses amis dont la principale activité consiste à « louer les tentes », une activité qui prend une nouvelle envergure pendant les vacances.

Si les tentes se vendent même en hiver, ils sont plus demandées en été et les cabanes par exemple deviennent « plus chers pendant les vacances lors desquelles les clients viennent en masse », explique le jeune homme.

Cette activité se porte plutôt bien à la plage BCEAO, comme à Ngor, où le brassage culturel se voit nettement à travers la forte présence de personnes d’origine étrangère dont de nombreux Blancs.

Installé à quelque mètre de l’entrée de la plage de Ngor, Mbaye Fall, un jeune habillé en short, propose des tentes aux passants qui vont et viennent.

Mbaye Fall ne cache pas que les choses se passent bien pour lui. « Pendant l’été, dit-il, les gens viennent nombreux à la plage et on propose nos tentes pour leur permettre de se protéger du soleil ».

’’Le problème, c’est souvent le ticket d’entrée qui est payable et parfois cela peut empêcher certains jeunes d’accéder à la plage », ajoute-t-il, précisant qu’un parasol peut se louer jusqu’à 2000 francs CFA pendant les vacances, contre 5000 francs CFA pour les tentes fermées.

Mame Coumba Thiaw, une vendeuse de jus local, trouve également sa place à la plage qu’elle fréquente tous les jours pour son business.

Pour exercer cette activité, elle quitte Yoff tous les matins avec sa fille pour proposer divers jus aux habitués de la plage.

’’En cette période d’été, les plages sont prises d’assaut, c’est pourquoi je viens ici comme chaque matin pour vendre du jus », indique la mère de famille, tenant une petite glacière.

Elle passe ainsi régulièrement de tente à tente pour proposer ses produits, une stratégie payante quand la fréquentation n’est pas importante que d’habitude.

Mame Selle, une étudiante d’une vingtaine d’années, inscrite dans une école de formation de la place, est une habituée de la plage de Ngor où elle vend sandwichs et des poissons depuis « plus de 5 ans ».

Cette activité, dit-elle, lui permet de gagner un peu d’argent avant la rentrée des classes.

Coumba, qui propose des rafraîchissements, ne va plus à l’école pour sa part, mais ne fréquente les plages que pendant l’été, en d’autres temps, c’est dans les établissements scolaires qu’elle écoule ses crèmes glacées.

En attendant, elle propose des rafraîchissements, des jus et de la boisson, à des prix naturellement plus chers que d’habitude, le cadre de la place oblige.

Yaté Diop, venue en famille pour « passer du bon temps et profiter avec ses enfants de l’air pur », affirme qu’à Dakar, il n’y a que la plage pour « passer du bon temps avec sa famille avec les moyens du bord ».

« Quand bien même ici on vend la nourriture beaucoup plus chère que dans les quartiers et cela se comprend, parce que les vendeurs prennent en compte leur transport », ce que cette mère de famille juge « très normal ».