Pour les candidats au Bac, Série S : Notre contribution pour mieux gérer le confinement…Par Assane Ndiaye

Sujet: Renan écrit : « Un jour viendra où l’artiste sera une chose vieille……Le savant, au contraire, vaudra de plus en plus…… » Et il ajoute : «  les progrès de la science tueront la poésie. »
 Dans un devoir argumenté, vous indiquerez, d’abord, la primauté de la science sur la poésie, ensuite, vous montrerez la puissance de l’activité poétique face aux dangers de la science, et enfin, vous tenterez de cerner le caractère complémentaire entre littérature et science.
    Le monde connaît à l’heure actuelle un développement spectaculaire marqué par les progrès scientifiques et techniques. Cette grande révolution finit par consacrer la science et le savant qui relèguent, désormais, au second plan tous les domaines de l’art notamment la littérature. La science, définie comme une connaissance rationnelle et exacte portant sur la nature des choses et leur condition d’existence, concurrence fortement la poésie, pourtant longtemps baptisée la reine des arts. C’est dans cette perspective que Renan soutient en substance que le savant, d’ici peu, damera le pion à l’artiste ; les réalisations de la science finiront par noyer la poésie. Mais, les progrès scientifiques ont-ils la capacité d’enrayer totalement ce pan essentiel de l’art qui est la poésie ? Alors, il s’agira, d’abord, de montrer la puissance de la science face à l’activité poétique, ensuite, de prouver l’importance de la poésie dans un monde menacé par les dérapages de la science et, enfin, de mettre en exergue l’interdépendance entre science et littérature.
         A l’orée de ce vingt et unième siècle, les progrès de la science continuent d’émerveiller l’humanité. Tous les secteurs de la vie connaissent un essor fulgurant. Cette montée en puissance de la science valorise le savant et place à l’arrière-plan le poète dont l’activité n’a conçu et réalisé ni boussole ni gouvernail. La poésie, au lieu de faire avancer le monde, le plombe par des batailles d’idées rangées opposant partisans et détracteurs des courants. Elle devient un simple verbiage futile, incapable de faire bouger les choses. Le parnasse, symbole de la littérature inutile, en est une parfaite illustration.
     Au contraire, la science, de par ses réalisations, assure la survie et le bien-être des populations.
Sur le plan de la médecine, les avancées de la science ont réduit de façon considérable la mortalité. Certaines maladies, jadis, incurables ont disparu. Les industries pharmaceutiques ont mis à la disposition du public des médicaments et des vaccins très efficaces contre toute forme de pathologie. Du coup, l’espérance de vie des peuples est allongée.
Au niveau des transports, les progrès scientifiques ont abrégé les distances. L’automobile, le train, le bateau et l’avion ont remplacé la traction animale. L’homme se déplace plus facilement et peut parcourir en un temps record des distances colossales. Pour aller à la Mecque, on n’a plus besoin de cheval ou de chameau.
Sur le plan de la communication, les informations circulent à une vitesse vertigineuse. La radio, la télévision, l’internet  transforment le monde en un village planétaire. Ce qui se passe au bout du monde est relayé par les grandes compagnies audiovisuelles, qu’il s’agisse du sport, d’une conférence, d’une découverte…
Au niveau du travail, la machine remplace l’homme. La mécanisation de l’agriculture économise la force humaine et multiplie les rendements. Les grues assurent le chargement des lourdes marchandises. L’homme est libéré des contraintes liées aux travaux pénibles.
          En somme, la science, contrairement à la poésie caractérisée par un travail particulier sur les mots, écrit et continue d’écrire les plus belles pages de son histoire au vu des réalisations tous azimuts qui assurent à l’homme liberté, épanouissement, longévité…
          En revanche, la poésie, négligée et délaissée, constitue un antidote efficace contre les dérapages de la science. En effet, force est de constater aujourd’hui que les progrès scientifiques ont franchi le rubicond en termes de nuisance. Sur le plan militaire, la force de frappe des pays augmente du fait des armes très sophistiquées, susceptibles de faire disparaître l’humanité en quelques secondes. Le même constat est fait au niveau de la médecine. Le clonage, la fécondation in vitro, les manipulations génétiques restent aujourd’hui des pratiques extrêmement dangereuses qui avilissent l’homme et toute sa race. Dans la même veine, le front social est en ébullition permanente à cause de la crise économique qui y sévit. La robotisation du travail a déversé dans la rue des milliers et des milliers de travailleurs devenus des chômeurs.
          Face à toutes ces dérives, l’homme trouve en la littérature notamment en la poésie le moyen d’endiguer ces fléaux des temps modernes.
    En effet, la poésie, au regard de sa fonction thérapeutique, peut constituer un remède très subtil contre la psychose qui assaille les habitants de la planète. Elle se veut un chant qui berce et console à la fois l’âme et le cœur, siège des sentiments. La beauté des vers parcourus, l’intensité du rythme, le caractère pittoresque et parfois exotique des images, les couleurs et les sons bien distillés dans le texte font oublier au lecteur ses soucis, ses phobies, ses angoisses et ses inquiétudes. La poésie se comporte ainsi comme un baume qui apaise les cœurs détruits par les miracles exagérés de la science. Orphée, le maître du chant, l’a utilisée pour se tirer d’affaire. Avec sa lyre à neuf cordes, il est parvenu, grâce à la poésie, à apaiser Cerbère et à charmer les divinités infernales quand il descendait aux Enfers pour obtenir le retour à la vie de son épouse disparue, Eurydice. C’est d’ailleurs dans cette perspective que s’inscrit toute la poésie romantique dont le but principal est de guérir les émois et les tourments du cœur. Ainsi, Alfred de Musset a-t-il profité de la poésie, notamment dans son recueil Les nuits, pour soulager sa peine suite à sa séparation avec Georges Sand.
      Par ailleurs, la poésie se positionne comme sentinelle ayant pour ambition de protéger et d’alerter les populations sur les dangers de la science. Le poète devient ainsi utile et incontournable. Doté d’un réel pouvoir de persuasion et de dissuasion, visionnaire averti et très influent, il doit forcément s’impliquer par ses écrits à la recherche de l’équilibre et de la stabilité du monde. Le poète a pour mission de sensibiliser les grandes puissances sur les graves menaces qui pèsent sur l’humanité toute entière. D’Agrippa D’Aubigné à Robert Desnos en passant par Victor Hugo et compagnie, tous les poètes quasiment ont développé dans leurs écrits une thématique préventive et didactique sur les risques qui guettent l’homme et le monde. Hugo dans Les contemplations dira : « Toute faute qu’on fait est un cachot qu’on s’ouvre/Les mauvais, ignorant quel mystère les couvre/Les êtres de fureur, de sang, de trahison, /Avec leurs actions bâtissent leur prison(…) ».  La condamnation d’Hugo est double ; elle est psychose dans ce bas-monde et punition dans l’au-delà. De ce point de vue, l’encadrement des progrès scientifiques devient un impératif. C’est ce qu’a souligné depuis fort longtemps l’éminent penseur François Rabelais dans sa belle formule : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».
         En gros, la poésie a de beaux jours devant elle dans la mesure où elle joue le rôle de phare qui éclaire le chemin emprunté par les progrès scientifiques.
          Même si la science et la littérature s’opposent dans leur démarche, elles concourent toutes deux aux mêmes objectifs : améliorer les conditions d’existence de l’homme sur terre. Ainsi, elles entretiennent un rapport de complémentarité.
        La littérature a grandement participé à la vulgarisation des découvertes scientifiques. Elle a emprunté à la science ses thèmes et ses outils. Ainsi, au 18eme siècle, l’activité littéraire s’est mise au service de la science. La quasi-totalité des écrivains s’improvise savant. Montesquieu réfléchit sur les flux et les reflux de la mer, Voltaire fait des recherches sur le feu, Diderot étudie la chimie, la physiologie et l’anatomie, Rousseau s’intéresse à la botanique. Au 19eme siècle, les naturalistes, se voulant être très proches du réel, ont fait recours aux méthodes de la science. Ils ont étudié scientifiquement le comportement humain en s’appuyant sur le principe de causalité. Zola s’inspire de Claude Bernard pour mettre en place le roman expérimental. Il considère que l’homme résulte de forces puissantes comme l’hérédité, le milieu social et l’époque.
        Par ailleurs, la science a beaucoup apporté à la littérature. En effet, la découverte de l’imprimerie par Gutenberg a facilité l’explosion du livre. Les copistes cèdent la place à la machine qui reproduit en un temps record des millions et des millions d’exemplaires de manuels. Avec l’avènement de l’internet, les supports de diffusion se multiplient à grande échelle et rendent l’écrit accessible à tous les habitants de la planète. L’exemple de la bibliothèque numérique en est une illustration éloquente. Des millions de livres peuvent être téléchargés et gardés soigneusement dans l’ordinateur ou le téléphone mobile.
         Tout compte fait, l’on peut retenir que science et littérature émanent toutes deux de l’homme. Elles entretiennent un rapport dialectique qui fonde leur complémentarité.
         Au terme de cette étude, il est intéressant de souligner la primauté de la science sur tous les autres domaines de la vie en termes de réalisations du bien-être de l’homme. Ce rang élogieux occupé par la science n’enlève en rien le mérite de la poésie en particulier et de la littérature en général dont l’un des objectifs est de barrer la route à tout ce qui pourrait nuire à l’existence humaine. Ainsi, l’opposition entre science et poésie ne s’estompera pas du jour au lendemain. Elle alimentera toujours le débat au sein des milieux intellectuels. Car au vu de la nature de leur rapport, l’une ne peut aller sans l’autre. Mais, la poésie, maillon essentielle de la littérature, dispose-t-elle de réelles capacités pour faire face aux dérives scientifiques ? Une synergie des actions de tous les domaines de l’art, peinture, sculpture, musique… n’est-elle pas plus pertinente pour maintenir la science dans le droit chemin ?
Assane Ndiaye professeur de lettres modernes au lycée Mbacké2, 1er Lauréat du Grand prix du Chef de l’État pour l’Enseignant