Pr Kitane : « Et si tous ces décès pouvaient être évités ? »

Le corona nous a probablement laissés dormir sur nos lauriers, le temps de s’incruster dans nos vices pour mieux se propager.

Décès

  1. Le premier vice dans lequel s’est incarnée cette maladie sournoise est le mensonge des gouvernants. Ils ont, sans aucune étude scientifique préalable, et comme à leur habitude, décidé que notre système de santé et l’organisation du pouvoir face à la pandémie avaient fait leurs preuves. Le Sénégal était présenté comme pays leader dans la prise en charge de cette maladie. Tout le monde savait que c’est à la fois faux et absurde : comment un pays qui peine à contenir le paludisme (devenu pourtant culturel) peut-il subitement être si puissant en matière de stratégies et de moyens pour contenir une pandémie pareille ?
  2. Le deuxième vice est le fatalisme et l’excessive liberté dont nous avons faire preuve dans ce pays. Les mesures barrières sont définitivement rangées dans les sombres tiroirs de la sournoiserie : le maslaha et la culture des balivernes, ces fameuses « thiakhaneries sénégalaises », nous enlèvent toute forme de sérieux et de lucidité. En plus de ne plus porter de masques, on a oublié, jusque dans leur nom, les thermo-flashs
  3. Le troisième vice est l’irresponsabilité collective : tout le monde voit tout le monde poser des actes susceptibles de véhiculer la maladie mais chacun dit « ça ne me regarde pas » : ce qui se passe dans les marchés, dans les moyens de transport, dans les grand-places et même dans les écoles, est tout simplement une forme de suicide collective.
  4. Le quatrième vice qui héberge la maladie chez nous est notre allergie à la rationalité. Nous aimons les raccourcis « métaphysiques » et les élucubrations superstitieuses : là où tout le monde s’efforce à trouver des formes rationnelles pour faire face à la covid 19, nous persistons à accuser Dieu d’être la seule cause de cette maladie.
  5. Le cinquième vice est le manque d’originalité : les stratégies sont presque calquées sur celle de la France et donc nullement adossées à nos réalités. Le mode de communication de ce folklorique ministre de la santé a été une catastrophe ; la mère de toutes les catastrophes liées à cette maladies. Sa communication a fini par folkloriser la maladie, à la banaliser avec une rhétorique soporifique des chiffres. Les chiffres des décès sont ce qu’ils sont : on peut en faire ce qu’on veut, mais tout le monde sait que la réalité humaine est rebelle à la quantification. Les chiffres des décès sont nécessaires, mais quand on en abuse, ils finissent par déshumaniser la société humaine. Le ressenti est plus réel et plus puissant que les chiffres. Le nombre de grandes personnalités décédées du corona devrait être perçu comme un indicateur sur le nombre (asymptomatique ?) de morts anonymes. Combien de décès d’anonymes du corona ? Où sont les chiffres ? On voit que dès que de grandes figures meurent de cette maladie, l’émotion est à son comble ! Que valent dès lors les chiffres ?

On est vraiment embarqué dans un navire dont le capitaine est à la fois fou et aveugle parce que nous autres passagers sommes ivres en permanence. Le vacarme auquel nous sommes habitués ne nous permet même pas de voir que le capitaine qui tient le gouvernail tâtonne et bafouille gravement. Oh quel dommage !

Alassane K. KITANE