Réciprocité des Visas au Sénégal : Une mesure salutaire à condition que …..(Boubacar Séye).

Le Sénégal va rentrer dans une nouvelle ère géopolitique avec la découverte des hydrocarbures.
Cette nouvelle donne économique fera non seulement du pays un pôle attractif de migration et de mixité mais aussi une cible des prédateurs économiques avec un risque élevé de dumping migratoire.
IL est vrai que les principes de notre organisation Horizon Sans Frontières, lien de concorde entre les peuples, reposent sur le respect des conventions sur la libre circulation des personnes et de leurs biens, mais on ne peut absoudre que certains pays notamment européens mettent des obstacles et multiplient la violation des droits humains sur la question.

C’est la raison pour laquelle nous comprenons et saluons à sa juste valeur la volonté de certains états africains, plus particulièrement le Sénégal de réagir mais ……

La Mesure peut être salutaire, mais à condition…

La seule chose que nous demandons est que cette mesure ne soit pas sélective dans les conditions d’obtention.
Généralement, nous avons constaté que les Pays qui appliquent cette réciprocité, affichent un laxisme vis-à-vis des pays européens et un durcissement contre les Africains. C’est ce qui explique d’ ailleurs les vagues d’expulsions perpétrées contre des Africains par certains pays.
Il ne faudrait pas aussi que cette mesure soit guidée par des soucis de morosité économique car nous constatons des failles et des insuffisances dans son application.

Par exemple, en plein vol à destination de Dakar, le personnel naviguant rappelait aux touristes les 50 euros de frais de visa à l’arrivée, ce qui veut dire que n’importe qui pouvait entrer au Sénégal , il suffisait juste de payer 50 euros alors que les raisons avancées étaient sécuritaires.

Dans un autre registre,

Au chapitre des migrations internationales, il y a une évolution qualitative qui fait que certains migrants ne sont plus étrangers car ayant acquis la nationalité du pays d’accueil après avoir cotisé plusieurs années de sécurité sociale.
C’est le cas de plusieurs ressortissants sénégalais détenteurs de passeports européens, américains, africains, etc.
IL ne faut pas aujourd’hui que cette mesure soit, pour eux et leurs familles, un obstacle pour rentrer dans leur propre pays d’origine.