Réouverture sélective de ses frontières aériennes : De qui se moque l’UE ?

L’Union européenne (UE), après plus de trois mois de fermeture de ses frontières aériennes a décidé de les rouvrir progressivement. Seulement, pour continuer à se prémunir de la propagation de la pandémie qui sévit toujours, l’UE a décidé de ne rouvrir ses frontières aériennes qu’aux seuls pays qu’elle considère comme étant « sûrs », car présentant des garanties sanitaires face à la pandémie à covid-19.

Et c’est là, que tout le monde tombe des nues. Seuls quatre pays en Afrique sont autorisés par l’UE. Ces quatre pays en Afrique sont l’Algérie, le Maroc, le Rwanda et la Tunisie que l’UE considère qu’elle peut rouvrir ses frontières aériennes avec eux. Les autres pays africains peuvent aller voir là où les fleurs ont des dents.

Face à la pandémie qui a obligé tous les Etats à fermer leurs frontières, mais qui n’a toujours pas disparu et, dont les ravages ne sont pas seulement d’ordre sanitaire, mais également d’ordre économique, c’est le monde qui est au bord d’une crise pire que celle de 1929. Mais à quoi tient la logique de l’UE de rouvrir ses frontières aériennes à quatre pays d’Afrique seulement, continuant à la fermer à d’autres ? Il y a tout simplement du mépris.

A ce que l’on sache, la pandémie n’est pas venue de l’Afrique. C’est en Chine que l’UE a déclaré rouvrir ses frontières aériennes à la seule condition que celle-ci accepte de ne pas la lui fermer que cette pandémie est apparue. C’est dire. En Afrique, hormis l’Egypte et l’Afrique du Sud, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie font partie des premiers pays où la covid-19 a fait ses premiers pas et fait plus de ravages qu’ailleurs dans le continent. Des Etats en Afrique qui avaient pris souverainement la décision à l’instar des autres pays de l’UE à évacuer leurs ressortissants, dont certains avaient déjà été contaminés, et vivant en Chine. D’où la propagation très vite et rapide de la pandémie dans ces Etats. C’est le cas également des Etats de l’UE.

C’est un bon sens. Dès que la covid-19 est apparue en Chine, pour ne pas céder à la panique et éviter la crise sanitaire mondiale avec toutes les conséquences économiques, ce pays, puissance mondiale avait recommandé à tous les autres Etats dont des ressortissants vivaient sur son territoire de s’abstenir de les rapatrier pour éviter la propagation de la pandémie à travers le monde. Le Sénégal avait décidé de suivre cette recommandation de la Chine, et aujourd’hui l’histoire donne raison au Président de la République Macky Sall dont la décision de ne pas rapatrier nos compatriotes avait été vivement critiquée. Au contraire, ce sont les pays de l’UE qui avaient pris la décision de faire évacuer leurs compatriotes ainsi que d’autres Etats africains considérés « sûrs » qui ont les premiers contracté cette pandémie et contribué à sa propagation dans le reste du monde.

Ce sont ces Etats de l’UE qui ont contaminé le Sénégal et lui doivent des excuses et réparations. Mais qu’assiste-t-on ? Le comble du ridicule. Alors que ces pays de l’UE sont au bord du gouffre, deviennent impuissants et presque, abdiqué face à la pandémie qui fait des milliers de morts chez eux, suivant la logique économique, ils décident de rouvrir de façon restrictive leurs frontières aériennes. Le Sénégal ne fait pas partie des pays autorisés par l’UE à rouvrir ses frontières. Tant mieux d’ailleurs. Sinon, c’est la pandémie qui va continuer à se propager dans le Sénégal, un pays dont la moyenne est inférieure à celle mondiale face aux ravages de la pandémie. Ouf, devons-nous dire !

Il y a fort à saluer la décision de l’Etat du Sénégal qui a décidé d’appliquer la réciprocité à l’UE en fermant les frontières . Une décision ressortie à travers cette réaction du ministre du Tourisme et des Transports aériens M. Alioune Sarr : « Suite à la décision de l’Union européenne de bannir le Sénégal de la liste des pays autorisés à voyager dans son espace, l’Etat du Sénégal à travers le Ministre Alioune SARR a pris la décision suivante : Réouverture du ciel aux vols internationaux : le Principe de la réciprocité sera applicable à tous les États ayant pris des mesures à l’encontre du Sénégal. »

Une réaction opportune. Un pays comme le Gabon réagit de la même manière que le Sénégal, par son ministre des Affaires étrangères Alain Claude Bilie-By-Nze. « Par mesure de réciprocité, je viens de demander aux Ambassadeurs et Consuls du Gabon de ne pas délivrer de visas tourisme aux ressortissants des États (27) de l’UE qui désirent se rendre au Gabon, jusqu’à nouvel ordre. », soutient ce dernier.

Cela doit être ça, face à l’UE impuissante face aux Etats-Unis d’Amérique, à la Chine et à d’autres puissances mondiales, cherche à imposer ses règles en Afrique. Une attitude intolérable. C’est le moment pour l’Afrique de rester plus que jamais unie, de revoir sa politique de développement et avec ses nombreuses ressources, de s’offrir d’autres opportunités d’échange et de coopération à travers le monde, en disant non à l’UE.

La rédaction de Xibaaru