Reprise des Cours : Dame Mbodj parle de décision catastrophique

Dame Mbodj est loin d’être enthousiaste quant à la reprise des cours le 25 juin prochain. Le secrétaire général du Cusems dans un entretien avec nos confrères d’Igfm se dit meurtri. Mais selon lui, les décisions  qui sont en train d’être prises sont catastrophiques.

« Moi je suis très déçu. J’ai le cœur meurtri. Aujourd’hui  les sénégalais laissent faire mais ils vont le regretter. Cette génération-là est sacrifiée. je n’ai aucun intérêt à dire des choses pour saboter. Mais, les décisions  qui sont en train d’être prises sont catastrophiques. Si le président de la République avait une idée des conséquences que ces décisions allaient engendrer, il allait lui-même  arrêter son ministre », s’indigne-t-il.

Qui enchaine  » Les décisions qui sont en train d’être prises signifient stout simplement que l’Etat du Sénégal   a décidé de fermer les yeux sur la situation  scolaire du Sénégal, de valider une année durant laquelle on n’a pas appris correctement les contenus. Année durant laquelle les contenus ne sont pas correctement appris par les élèves parce qu’il n’y a pas eu assez de  temps d’apprentissage et que le quantum horaire n’a pas été atteint. On veut juste sauver l’année pour la sauver ».

Et selon Dame Mbodj, faire « des examens au mois d’aout, cela veut dire qu’ils vont faire des rattrapages pour un mois. Avec la reprise le 25 juin le mois de juin est perdu. Donc il ne reste que le mois de juillet. Chaque année on perd le mois d’octobre parce que les écoles sont encore sous les eaux, des élèves sont dans les champs etc. Il y a  eu  deux mois de  grève du G7 et le G20 de mi-janvier à mi-mars. Il faut y ajouter   3 mois de covid-19. Comment peuvent-ils perdre 5 mois sur 9 et vouloir rattraper cela en juillet et en août faire les examens. C’est extrêmement grave ».