Sodagri : Le ministère de l’agriculture renforce les moyens des producteurs

La vision du président Macky Sall sur le secteur de l’agriculture se traduit par des actions concrètes à l’endroit des producteurs de la Société de développement agricole et industriel du Sénégal (SODAGRI).

Et c’est le ministre de l’agriculture et de l’équipement rural qui traduit cette politique par l’accompagnement des producteurs. Ainsi ces producteurs de la SODAGRI dans le bassin de l’Anambé viennent de réceptionner deux moissonneuses à chenille.

Ce sont des machines-tracteurs qui vont s’activer dans la moisson du riz dans des périmètres couverts d’eau. Un travail que les moissonneuses à pneus ne pouvaient pas effectuer ; car ces engins ne peuvent pas descendre dans des périmètres contenant de l’eau. Et justement l’arrivée de ces deux moissonneuses à chenille est une grosse bouffée d’oxygène pour les différents producteurs du bassin.

sodagri
Mamadou Gano maire de Médina Chérif

Si le maire de la commune de Médina Chérif s’est félicité de ces actions du ministre Moussa Baldé qu’il qualifie de « roi de l’agriculture. Et Mamadou Ibrahima Gano d’ajouter que l’autosuffisance alimentaire en riz est sur la bonne voie grâce au ministre Moussa Baldé qui accompagne les producteurs en matériels et en intrants.

Des arguments renchéris par la fédération des producteurs qui a laissé éclater sa joie. Oumar Baldé président de cette structure précise que la production à l’hectare a fortement augmenté en contre saison avec cette mécanisation de l’agriculture sous la houlette de Moussa Baldé qui avant d’occuper ce département ministériel, était le DG de la SODAGRI.

sodagri

Ces engins viennent satisfaire au plus vite la doléance des producteurs sur le manque de matériels de récolte, occasionnant des pertes en riz. Prenant la parole, le ministre de l’agriculture et de l’équipement rural précise que cet appui s’inscrit dans le cadre du programme de renforcement de la SODAGRI et de la SAED en moissonneuses batteuses. Ceci aussi dans le cadre de la riposte contre la pandémie de la covid 19.

Ce programme de renforcement de ces deux vallées est financé à hauteur de 1 200 000 F qui va permettre l’achat de 19 moissonneuses. Pour le bassin de l’Anambé, le professeur Moussa Baldé assure qu’on est à 30% de renforcement d’équipements agricoles. D’ailleurs deux autres moissonneuses à chenille sont attendues incessamment et vont porter le nombre à quatre pour Anambé.

Dans tous les cas, ce mariage d’amour entre le ministre Moussa Baldé et les producteurs de par la SODAGRI, achève les conditions à une autosuffisance alimentaire en riz. Pourtant jusqu’en 2013, les producteurs étaient dans la détresse et la galère, comme un désert parce qu’il n’y avait pratiquement pas de machines ou matériels performants à une agriculture de développement.

ELHADJI MAEL COLY