Sorties de Mahammed Dionne…Bien lire entre les lignes

Les soubresauts politico-médiatiques installent très vite la confusion parfois. C’est ce qui est arrivé, hélas, avec les dernières sorties du ministre d’État secrétaire général de la présidence de la République, Mahammed Boun Abdallah Dionne. Un homme dont la loyauté, la pondération et la discipline quant à la ligne directrice tracée par son parti et son boss, le chef de l’État, ne souffrent d’aucun doute. À Gossas déjà, l’ex premier ministre avait démonté les énormités et mensonges contenus dans un ouvrage intitulé « Scandale au cœur de République… », dont l’auteur a effectivement fait appel aux scandaleux témoignages un franco-sénégalais. Il était donc naturellement urgent pour le compagnon du président,  porteur et défenseur de sa politique, d’appeler à la vigilance nos compatriotes, autour des infinies contrevérités méchamment soulevées. Et le débat fut vite clos car, l’intention de nuire qui en anime l’auteur du très subjectif livre, a été débusquée. Après avoir rétabli la vérité et remis à leur place l’auteur et les commanditaires dudit brûlot qui allait faire désordre, Mahammed Dionne, invité récemment par son frère et ami le maire Aliou Sall au forum de Guediawaye, a déclaré que l’histoire du président Macky Sall avec le peuple n’est pas encore terminée. Elle va vers 2035. Quoi de plus facilement compréhensible ! En effet, le PSE réalisera tous ses projets et atteindra tous ses objectifs en 2035. Avec le président Sall oui! Puisque tout le monde est d’accord que le Sénégal ne produira jamais dans la décennie prochaine un programme aussi ambitieux, aussi pertinent et aussi efficace que le plan Sénégal émergent. C’est ça l’histoire avec le président. C’est juste de ça que le ministre d’État secrétaire général parle, et c’est uniquement sous cet angle qu’il aurait dû être compris. Quels que puissent être les hommes et femmes qui porteront les missions, le président de la République Macky Sall en sera absolument et éternellement à l’origine, donc au centre. Alors, la question que nous sommes tentés de nous poser est la suivante : Quel rapport peut-il y avoir entre cette déclaration et l’intention injustement collée à Mahammed Dionne, de vouloir lui faire dire qu’il théorise la présidence à vie de son mentor, le leader de l’Apr et de la coalition Benno Bok Yakar? Que gagnent les gens à entretenir de telles écarts, de si  burlesques interprétations? Non, Dionne ne mérite pas ce très mauvais procès d’une certaine opposition qui, curieusement, emporte dans son piège, de grands responsables de notre formation politique. Non, l’heure est à la concentration et à l’unité autour du chef de l’État, afin de satisfaire aux attentes du peuple souverain qui n’attend que des résultats du début à la fin du mandat de ce soldat de la République et de son équipe, le président Sall. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs, invité du groupe Emedia le weekend dernier, le ministre d’État secrétaire général, a reprécisé sa pensée et réaffirmé sa conviction du reste personnelle, que l’histoire du peuple Sénégalais avec le président Macky Sall n’est pas encore terminée et qu’elle va vers l’horizon 2035. Quel péché peut être contenu dans cette déclaration claire et sans équivoque ? Il faut qu’on arrête de catastrophiser et qu’on cesse de porter le discrédit sur les hommes de confiance du boss, juste pour nuire. À quelle fin ma foi ? D’écarter Macky Sall de ses plus fidèles parmi lesquels incontestablement Mahammed B.Abdalla Dionne? Quand cet ancien fonctionnaire des nations unies et de la Bad, cet ami du président Macky Sall, interrogé sur la problématique des mandats présidentiels donne son avis et exemplifie avec le cas de grandes démocraties comme l’Allemagne, le Canada ou encore les pays de l’OCDE, on se précipite juste à sa sortie d’émission pour affirmer que l’homme défend un troisième mandat de son patron. Chacun décoche, pointe et tire donc vers lui. On colporte, on épilogue à qui mieux mieux autour et même au-delà de sa pensée pour un seul objectif, faire mal, calomnier, accuser diffamer. Non, c’est méconnaître, ignorer ou faire étalage de mauvaise foi que de vouloir affirmer que l’enfant de Gossas défend l’idée d’un troisième mandat. Il ne faut vraiment pas danser plus vite que la musique chers compatriotes ! Dionne est connu pour sa totale loyauté à son excellence Monsieur le Président de la République. Il a déjà fini de se ranger derrière la pertinente réponse du chef de l’État le 31 décembre dernier lors de son face à face avec la presse suite à son adresse à la nation. L’ancien premier ministre a posé sur la table comme il aime à le dire, en tant qu’ingénieur, la possibilité de la non limitation des mandats présidentiels. Et il a étayé son argumentaire par le fait que les députés ont un mandat illimité. Et il s’est par conséquent interrogé en faisant référence à un président de la République qui pouvait selon lui, bénéficier du même avantage surtout lorsque celui-ci est crédité d’un bilan élogieux. N’a t’il pas le droit de lancer un tel débat, encore qu’il était sur un plateau de haute facture suivi au Sénégal et partout dans le monde? Amis de la mouvance présidentielle, restons dans le temps de l’action, le temps du président pour la réalisation d’un Sénégal de tous, d’un Sénégal pour tous, avec en ligne de mire, le seul référenciel actuel de nos politiques publiques à savoir le Plan Sénégal Émergent. Laissons de grâce les autres, dans ces calculs puisque pour eux, tous les moyens sont bons pour nous mettre en mal avec le peuple et donc, nous atteindre et arriver sans gloire au sommet. C’est ça la réalité, et c’est l’enjeu. À ce propos, il me plaît encore de convoquer pour conclure, l’excellent auteur du contrat social, Jean Jacques Rousseau quand il enseignait :  » La raison, le jugement, viennent lentement, les préjugés accourent en foule ». C’est ce qui est arrivé au loyal Mahammed ! Pensons-y, pendant que nous y sommes !

Mamadou Biguine Gueye

Responsable de l’Apr à Fatick

Coordonnateur du mouvement Malaw