Statut de Chef de l’opposition : La course des mange-mils

Sur le statut du Chef de l’opposition, Ousmane Sonko peut être traité de tous les noms d’oiseaux. Pour cause, le leader de Pastef/Les patriotes passe pour le principal pourfendeur du Président de la République en cherchant coûte que coûte à se retrouver dans la peau du principal leader de l’opposition. Pour cause, il se trouve ragaillardi par son score obtenu lors de la dernière élection présidentielle d’où il est sorti derrière troisième après le Président Macky Sall et Idrissa Seck.

De Ousmane Sonko, on peut tout le traiter de tout. D’opportuniste même qui veut même se tailler le costume pour se retrouver le seul et véritable chef de l’opposition. Ousmane Sonko se trouve pourtant tranchant et net, sur la question du statut de Chef de l’opposition agitée avec le dialogue politique. Un statut qui offre à son occupant tout un tas de privilèges avec un luxueux budget annuel annoncé de 2 milliards FCFA.

Compte tenu de sa posture actuelle, Ousmane Sonko aurait même pu réclamer de plus d’avantages pour le Chef de l’opposition. Il ne l’a pas fait. Ousmane Sonko est tout sauf un mange-mil à l’instar d’autres responsables de l’opposition prêts à tout pour sauter sur ce fromage que leur offre le pouvoir. Contrairement à tous ces membres de l’opposition très intéressés sur la question, Ousmane Sonko ne veut même pas en faire un débat.

Peu lui importe un tel débat sur le statut du Chef de l’opposition. Un statut qui offrirait l’opportunité à ce dernier de disposer d’un véritable budget de guerre.

En réalité, à travers ce débat sur le statut du Chef de l’opposition et du profit qu’en tire son occupant, les responsables de l’opposition qui se montrent intéressés par la question ne font que la preuve qu’ils sont des mange-mils qui ne veulent vivre que sur le dos du contribuable.

La rédaction de Xibaaru