Diaraf Sow traite Sonko de…cafard

QUAND LE CAFARD OUSMANE SONKO SORT MALENCONTREUSEMENT DE SON TROU…

Trois discours, trois mots qui en disent long sur la personnalité de l’homme : Fusiller, Découper « Dagaté », Confisquer « Fokhati » !

Après avoir réclamé les cadavres des anciens Présidents, le découpages en morceaux des dirigeants, voilà Ousmane Sonko qui demande encore que le pouvoir soit confisqué « fokhati »! Que de violence dans ses verbes !

Sommes-nous assez fous pour confier les rênes de ce pays à un farfelu pareil ?!

La violence se lit et se découvre dans tous les discours, tous les gestes de Monsieur Ousmane Sonko. Voilà un individu très dangereux qui doit être surveillé de très près par les sénégalais qui ne doivent jamais se laisser manipuler tellement Sonko risque un jour d’embraser le pays que nous aimons tant si nous ne faisons pas attention.

Voilà quelqu’un qui a été le porteur de valise de Tahibou Ndiaye, l’ancien Directeur du cadastre qui a été inculpé par la CREI pour enrichissement illicite et qui avait accepté de rembourser. De 2001 à 2012, Ousmane Sonko n’a pas ouvert la bouche préférant s’associer en douce au partage du foncier et des biens illicitement acquis et d’ y prendre sa part en catimini. Les scandales se sont succédés sous ses yeux entre 2000 et 2012 et Sonko a préféré garder le silence complice pour préserver ses intérêts voraces. Où était ce manipulateur pendant ce temps ou est-ce qu’il n’avait pas encore déclaré sa patriotitude ? Pire, pour défendre ses intérêts de prédateur, il a été le seul qui a défendu bec et ongles son patron Tahibou Ndiaye contre la CREI et s’était opposé à son emprisonnement.

Où était Oumane Sonko pendant qu’il assistait au bradage foncier du Cices, de l’aéroport entre autres sans piper mot ?

C’est après la fermeture de tous ces robinets qui abreuvaient sa soif prédatrice par le Président Macky Sall en 2012 que tout a commencé.

UN CAFARD SANS  COURTOISIE RÉPUBLICAINE !

La République a besoin d’un pouvoir et d’une opposition. En période électorale, la campagne électorale est déclarée officiellement ouverte: tout les partis et candidats investissent légalement les rues et vont à l’assaut des populations. Chacun fait son show, vante ses mérites et met à  nue les limites et manquements de ses adversaires pour se faire élire. C’est ensuite, aux électeurs de choisir démocratiquement celui à qui ils ont confiance, celui qui les a convaincus.

Le candidat élu est officiellement proclamé Chef d’Etat pour un mandat bien déterminé.

La vie républicaine suit ainsi son cours et tout le monde retourne au travail en attendant les prochaines élections.

Les candidats perdants, en bon républicains patriotes et civilisés laissaient la voie au nouveau Chef d’Etat, accomplir la mission qui lui a été confiée par le peuple, faisant de temps en temps des déclarations et critiques objectives sur la bonne marche du pays en attendant les élections à venir.

Malheureusement, Ousmane Sonko semble ignorer cette courtoisie républicaine, en voulant faire de l’espace politique sénégalais une zone rebelle sans règle, ce qui ne nous surprend guère d’un homme sans foi ni loi imbu uniquement par des intérêts bassement matériels et financiers et qui veut utiliser la souffrance des populations pour arriver à ses fins, comme il l’a déjà fait dans l’affaire des 94 milliards dont les sénégalais attendent toujours des preuves qu’il avait dit détenir et dont il espérait récupérer son pourcentage en douceur après recouvrement de la créance.

Monsieur le cafard n’ignore pas qu’après une élection, le Président élu incarne l’État en tant que son Chef et la mission régalienne se met en place. C’est la fin de la campagne électorale et il est inacceptable qu’un opposant qui n’est même pas deuxième à l’élection présidentielle et qui est député grâce au plus fort reste, fasse des actions parallèles à celles du Chef de l’État élu démocratiquement en menant une campagne électorale permanente.

Seul, un homme sans aucune retenue politique ni aucune courtoisie républicaine peut se permettre de faire des discours à la nation à chaque moment que le Chef de l’État choisi par le peuple décide de le faire et emprunte la voie du Chef de l’État partout où il doit aller alors qu’on n’est plus en campagne électorale: c’est inacceptable !

On ne force pas une personnalité, on la forge.

Il revient aux autorités de siffler la fin de la récréation.  » Dof keneu doukoni yâ môme khewi, d’autres me diront que galou dof dou térr. »

« Ba guinar di sakhi beugne, dô massa djité rewmi », l’avenir nous donnera raison. Encore une fois, les sénégalais ne sont pas fous !

LE MALHEUR DES SÉNÉGALAIS FAIT TOUJOURS LE BONHEUR DU CAFARD: LES INONDATIONS, LE PRÉTEXTE D’UN RENTRÉE POLITIQUE

Tous les habitants de la banlieue ont été outrés et choqués après la triste conférence de presse politicienne de Ousmane Sonko.

Les populations sinistrées sont dans le désarroi après une pluviométrie forte et exceptionnelle qui a mis sous l’eau plusieurs villes de l’Afrique et du monde dûe au changement climatique.

Même si c’est inacceptable, ce n’était pas trop mal de voir Sonko venir voir les sinistrés sans empiéter au calendrier du Président de la République avec au moins un soutien moral et matériel, même si ce n’était qu’une moto-pompe, ou un matelas ou peut-être du carburant à titre symbolique. Cela aurait pu peut-être fait plaisir aux banlieusards, avec moins de caméras.

Malheureusement, ki daf gnou yapp !!!

Sonko, comme il avait fait pendant que tous vrais patriotes se mobilisaient pour apporter leurs soutiens aux sénégalais, a préféré faire du « seugueu ». Toujours pingre et radins lorsqu’il s’agit de soutenir le peuple qu’il aspire diriger, le cafard préfèrent comme de coutume inonder la banlieue de micros et de journalistes par une conférence de presse inutile et inadéquate dans le contexte où des sénégalais souffrent dans les eaux, espérant par la manipulation faire de la récupération politicienne ces malheurs de certains de ses compatriotes.

BEAUCOUP D’ARGENTS DÉPENSÉS POUR UNE MÉDIATISATION POLITICIENNE INUTILE ET SANS OBJET.

Le cafard, sans aucune morale n’a pas hésité une seule fois à sauter sur l’occasion des inondations pour faire sa rentrée politique de misère.

Ainsi, il a mobilisé toute la presse en ligne en payant très chère une exclusivité en direct à chaque organe de presse, le tout pour un montant de plusieurs millions de francs, pour nous tympaniser maladroitement de problème de chef de l’opposition, de dialogue politique, de troisième mandat, d’élection présidentielle de 2024 et autre charabias politiciens qui n’intéressent que les personnes assoiffés et empressés de pouvoir, au moment où la banlieue avait d’autres soucis plus urgents.

Cet antisystème du CAFARD Sonko a surpris et frustré tous les banlieusards car tout cet argent jetés sur les fenêtres du voyez- moi et de la manipulation médiatique pouvait servir au moins à autre chose plus utile pour les banlieusards inondés dans le désarrois si réellement ce politicien professionnel incarne la rupture.

Malheureusement, Sonko vient encore de rater une belle occasion de se taire !

Me Diaraf SOW SG NATIONAL PARTI Alliance Démocratique pour une Afrique Émergente /Joowléene ( ADAE/J)